Condamnation de Nicolas Sarkozy : pour 62% des Français, les politiques sont traités "moins sévèrement" que les simples citoyens

Condamnation de Nicolas Sarkozy : pour 62% des Français, les politiques sont traités "moins sévèrement" que les simples citoyens

JUSTICE - Nicolas Sarkozy a été condamné lundi à trois ans d'emprisonnement dont un an ferme dans l'affaire des "écoutes". Selon un sondage Ifop pour le JDD, 62% des Français pensent malgré tout que les personnalités politiques sont traités "moins sévèrement" que les simples citoyens.

Des responsables politiques jugés moins durement que les citoyens lambda ? C'est en tout cas ce que pensent une majorité des Français, d'après un sondage Ifop publié dimanche par le JDD

Alors que la droite dénonçait cette semaine "un acharnement judiciaire" contre l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, condamné lundi à trois ans de prison, dont un ferme, dans l'affaire des "écoutes", 62% des Français pensent malgré tout que les personnalités politiques sont traitées "moins sévèrement" par la justice que l'ensemble de la population. 

Toute l'info sur

Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy condamné en première instance

Lire aussi

Seuls 22% des sondés estiment que Nicolas Sarkozy a été traité plus durement

Seules 12% des personnes interrogées considèrent que les personnalités politiques sont traitées "plus sévèrement" que les simples citoyens, et 26% "ni plus, ni moins sévèrement".

Chez les sympathisants des Républicains, le parti de Nicolas Sarkozy, ils ne sont que 19% à penser que les personnalités politiques sont traitées "moins sévèrement" que les simples citoyens, contre 79% chez les écologistes, 75% chez LFI, 73% au PS, 70% au RN, et 56% chez LREM.

S'agissant spécifiquement de Nicolas Sarkozy, ils ne sont toutefois qu'une moitié à penser qu'il a été mieux traité "qu'un simple citoyen". Inversement, ils sont 22% à estimer qu'il a été moins bien traité, et 28% à penser qu'il a été traité de la même manière que les autres. 

Méthodologie du sondage : enquête réalisée en ligne du 4 au 5 mars 2021, auprès d'un échantillon de 1.012 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

Lire et commenter