Déplacements, alcool, rassemblements... ce qui est autorisé, toléré ou interdit ce week-end

Déplacements, alcool, rassemblements... ce qui est autorisé, toléré ou interdit ce week-end

RESTRICTIONS – Que prévoient les nouvelles mesures annoncées par Emmanuel Macron, alors que commence le week-end de Pâques ? Une tolérance sera appliquée, jusqu'à ce lundi à 19h dans certains cas.

Nouveau tour de vis dans l'Hexagone et donc de nouvelles règles. Face à la propagation du virus et à la saturation des hôpitaux, Emmanuel Macron a donc décidé de nouvelles restrictions, mercredi 31 mars. Celles-ci ne s'appliqueront plus désormais qu'à 19 départements où le Covid-19 et ses variants sont les plus présents, comme c'était le cas depuis plusieurs semaines, mais à tout l'Hexagone. 

Certaines de ces nouvelles "mesures de freinage" s'appliquent dès ce jeudi, pour d'autres, il y aura une tolérance jusqu'à lundi. LCI fait le point. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

Les déplacements limités à 10 km... ou pas

Les déplacements à plus de 10 kilomètres sont désormais interdits dans toute la France, en plus des 19 départements où c'était déjà le cas. La mesure est d'ores et déjà en cours. Mais, car il y a un mais, il sera toutefois possible jusqu'à lundi soir de changer de région, dans la journée et jusqu'à 19h, pour aller passer les prochaines semaines dans un lieu de son choix, une tolérance qui "s'arrêtera donc le 5 avril à 19h", a précisé le ministère de l'Intérieur jeudi matin. 

Un peu plus tard dans la journée, le service de communication de la police nationale affirmait qu'il n’y aurait "aucune opération de contrôle couvre-feu vendredi soir, et ce jusqu’au 6 avril au matin sur les axes routiers, si ce n’est la présence normale des policiers et gendarmes pour les classiques infractions au code de la route (vitesse, conduite dangereuse, etc… etc…)." En clair, les forces de l'ordre ne verbaliseront pas les personnes qui partiraient s’isoler après 19 h ce week-end.

Pour ce qui est de la règle des 10 kilomètres, elle connaît toutefois quelques exceptions... Outre les déplacements nécessaires liés au travail, les déplacements pour accompagner ou aller chercher un enfant "chez un parent, un grand-parent ou un proche" resteront possibles après le week-end de Pâques, a précisé jeudi Jean Castex. "Après la fin du week-end de Pâques, les déplacements inter-régionaux seront restreints à quelque motifs impérieux", qui incluront "les déplacements professionnels, mais aussi ceux liés à un motif familial", a affirmé le Premier ministre devant l'Assemblée nationale.

Les règles qui s’appliqueront partout en métropole seront "fondamentalement les mêmes" que celles que connaissent les 19 départements déjà soumis à des mesures renforcées, a-t-il précisé. Ainsi, il restera possible de se déplacer "sans limitation de durée dans un rayon de 10 kilomètres autour de chez soi". Au-delà, "une attestation précisant le motif du déplacement sera exigée", a affirmé Jean Castex ce jeudi.

Rassemblement de plus de six personnes interdits

La semaine dernière, Gérald Darmanin a rappelé à l’ensemble des préfets l'interdiction des rassemblements de plus de six personnes. La règle figure dans le décret d'octobre 2020, mais n'était pas forcément respectée. Depuis, le 25 mars, le ministre de l'Intérieur a appelé les forces de l'ordre à la fermeté à l'encontre de ceux et celles qui ne respecteraient pas la mesure. Tout contrevenant peut être verbalisé à hauteur de 135 euros. 

Consommation d'alcool interdite sur la voie publique

La consommation d'alcool sur la voie publique sera interdite ces prochaines semaines afin de prévenir tout rassemblement et tenter de limiter la circulation de l'épidémie de coronavirus, a annoncé ce jeudi Jean Castex devant l'Assemblée nationale. La mesure devait s'appliquer dès à présent, à en croire le chef du gouvernement. "Sur arrêté préfectoral, et en lien avec les maires, l'accès à certains sites propices à des rassemblements en extérieur, comme les quais, berges, places, pourra être interdit en fonction des circonstances locales".

La lecture du communiqué de presse de la préfecture de police offre une lecture quelque peu différente de cette interdiction. En effet, l'interdiction de consommation d'alcool ne sera pas effective sur tout le territoire francilien. Les berges de Seine, entre le pont de Sully et le pond des Arts, le canal Saint-Martin, la Butte aux Cailles ou la rue de Buci en font partie. Mais rien n'est précisé s'agissant des autres voies publiques : quid de la place de la République, du parc des Buttes-Chaumont ou des autres départements franciliens ? La préfecture n'en parle pas. 

Elle n'annonce pas non plus une stricte interdiction de la vente d'alcool par les restaurants et les bars, puisque ceux-ci resteront autorisés à en vendre, en accompagnement d'un repas à emporter.

Lire aussi

Fermeture des magasins non essentiels

Dès vendredi soir à 19h, les commerces non-essentiels, notamment d'habillement, de vaisselles et autres seront fermés dans tous l'Hexagone. Tout contrevenant peut être verbalisé à hauteur de 135 euros.

Selon Bercy, cette extension va faire passer le nombre d'établissements fermés de 90.000 à 150.000 et le coût total des aides aux entreprises à 11 milliards d'euros par mois.

Un télégramme aux préfets

Pour encadrer toutes ces nouvelles mesures, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a précisé  dans un télégramme aux préfets mercredi soir qu'une tolérance systématique pour les déplacements existera bien jusqu'à lundi soir 5 avril, au-delà de 19 heures.  Le télégramme précise également aux préfets qu'ils peuvent prendre des arrêtés spécifiques pour les interdictions de vente ou de consommation d'alcool sur la voie publique. 

Par ailleurs, des mesures administratives peuvent aussi être mises en place pour contrôler certains lieux publics, comme les parcs, bois et jardins, les plages, les quais...

Le télégramme demande aussi aux forces de l'ordre de sanctionner fermement tout "comportement irresponsable " notamment le non-respect du couvre-feu de 19 heures, l'exercice illégal du commerce,  les fêtes clandestines... "Le télégramme précise aussi que des dispositions doivent être mises en œuvre avec les Parquets pour que les actes commis en récidive soient bien répertoriés, et que les personnes qui organiseraient fêtes ou rassemblements puissent être poursuivies pour 'mise en danger de la vie d'autrui', selon Le Parisien.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Mise au point du Dr Kierzek à propos de la déclaration du PDG de Pfizer sur la nécessité de recevoir une troisième dose de vaccination

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Mort de l'ancien ministre Eric Raoult à 65 ans

La comédienne britannique Helen McCrory ("Harry Potter", "Peaky Blinders") est décédée à l’âge de 52 ans

Lire et commenter