Messe de Pâques sans précautions à Paris : deux ecclésiastiques en garde à vue

Messe de Pâques sans précautions à Paris : deux ecclésiastiques en garde à vue

RELIGION - Un prêtre et un ecclésiastique ont été placés jeudi en garde à vue. Ils sont suspectés d'avoir organisé une messe sans précautions sanitaires samedi dans une église du centre de Paris.

Du banc de l'église à celui des accusés ? Un prêtre et un ecclésiastique ont été placés jeudi en garde à vue, a indiqué le parquet de Paris. En cause, la messe qui s'est déroulée samedi dans une église de la capitale, au mépris des règles sanitaires en vigueur. 

Ces deux hommes ont été placés en garde à vue pour "mise en danger délibéré de la vie d'autrui", "non port du masque" et "rassemblement de plus de six personnes sans respect des gestes barrières", d'après le parquet. Ils sont soupçonnés d'avoir officié durant la messe de samedi à l'église Saint-Eugène-Sainte-Cécile. 

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

Le diocèse de Paris "stupéfait"

Cette messe s'est déroulée, selon la vidéo que s'est procurée Le Parisien, en rite traditionnel et aurait duré quatre heures. On y voit des prêtres, sans masque et très proches les uns des autres, donner l'hostie directement dans la bouche des fidèles. Les croyants étaient pour beaucoup visiblement âgés. 

Des images qui, très vite, ont été condamnées par les autorités ecclésiastiques. Le diocèse de Paris s'était dit le même jour "stupéfait devant le non-respect évident des consignes essentielles de distanciation, de port de masque". L'archevêque de Paris a de son côté annoncé mercredi l'ouverture d'une procédure canonique visant le curé de la paroisse concernée, une procédure qui pourrait aboutir à des sanctions. 

Lire aussi

Ces dernières pourraient d'ailleurs être justifiées par les précédents au sein de cette église. Selon 20 Minutes, la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP) qui mène l'enquête avait déjà eu vent de cas similaires. Le 12 et le 26 avril 2020, des messes avaient été célébrées en plein confinement.

Sur le même sujet

Lire et commenter