200 euros le faux certificat sur Snapchat : un an de prison ferme pour une employée de vaccidrive

Un trafic de faux pass sanitaires en Seine-Saint-Denis

FRAUDE SUR SNAPCHAT - Une contractuelle du vaccidrive de Villepinte (Seine-Saint-Denis) a été condamnée à un an d'emprisonnement ferme par le tribunal de Bobigny pour trafic de faux certificats de vaccination. Elle avait généré 200 faux QR code pour les vendre sur Snapchat.

Tout commence par un signalement. Alors qu'elles ne sont pas vaccinées, deux personnes sont trouvées en possession d'une attestation de vaccination. Alertée, la directrice de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) de Seine-Saint-Denis décide de lancer des vérifications. 

Il s'avère alors que ces deux personnes ne se sont jamais présentées au vaccidrive de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, comme leur attestation l'indiquait pourtant. Par contre, le logiciel "vaccin covid" mentionne leur vaccination à des dates auxquelles une contractuelle travaillait au service d'édition des attestations de vaccinations.

D'après l'enquête confiée à la Sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis, la première personne avait demandé frauduleusement un pass sanitaire. La seconde personne, de son côté, avait commandé huit fausses attestations dans un premier lot, puis onze dans un second lot, afin d'en faire bénéficier des proches. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

200 QR codes qu'elle vendait 200 euros sur Snapchat

Une perquisition au domicile de cette femme est donc menée. La police découvre alors "20 attestations", près de 7000 euros et des numéros de sécurité sociale. Mise en garde à vue, la mise en cause reconnait avoir généré environ 200 QR codes qu'elle vendait 200 euros sur le réseau social Snapchat. Le parquet indique qu'elle avait d'abord généré ces codes "à la demande d'un tiers et de la sœur de ce dernier".

10.000 euros ont alors été découverts au domicile de la sœur du co-auteur présumé qui n'a pas encore été interpellé. De leur côté, les deux femmes ont été déférées en comparution immédiate lundi pour "modification frauduleuse de données contenues dans un système de traitement automatisé de données à caractère personnel mis en œuvre par l’État", "obtention et faux dans un document administratif" et "participation à une association de malfaiteurs".

Lire aussi

La contractuelle a été condamnée à 18 mois d'emprisonnement, dont six mois avec sursis, la peine ferme ayant été aménagée sous la forme d'une détention à domicile sous surveillance électronique, et à une amende de 10.000 euros. La sœur du co-auteur a, elle, été condamnée à un an d'emprisonnement avec sursis et 3000 euros d’amende.

Le tribunal a également condamné les deux bénéficiaires des attestations. Le premier a écopé de deux mois d’emprisonnement avec sursis et 1500 euros d’amende et le second a été condamné à 1500 euros d'amende avec sursis.

Depuis les annonces d'Emmanuel Macron, le 12 juillet dernier, le vaccidrive de Villepinte vaccine environ 1500 personnes par jour. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ – "Danse avec les stars" : Bilal Hassani éblouit le jury, Lââm éliminée

Covid-19 : le vaccin de Moderna serait supérieur à celui de Pfizer contre les formes graves

EN DIRECT - Plus de 200 arrestations à Melbourne lors de manifestations contre les restrictions sanitaires

Covid-19 : les experts sanitaires américains se prononcent contre une 3e dose de vaccin pour tous

Afghanistan : les talibans remplacent le ministère des Femmes par celui de la Prévention du vice

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.