Quand des médecins se font usurper leur identité pour de faux pass sanitaires

Quand des médecins se font usurper leur identité pour de faux pass sanitaires

TRAFIC - Depuis quelques jours, l’Assurance maladie est alertée par des médecins de tentatives de piratages de leur compte professionnel pour y récupérer des certificats de vaccination. À Bordeaux, une enquête a été ouverte après la plainte d'un praticien.

Avec le pass sanitaire devenu outil du quotidien, le marché noir s’est organisé en un temps record. Après les faux QR codes ne renvoyant vers aucune information réelle de vaccination, voici que des vrais certificats se baladent dans la nature sans que leurs détenteurs n'aient été vaccinés. Ainsi, plusieurs médecins signalent ces derniers jours des tentatives de connexion à leur compte professionnel sur le site de vaccination "SI-VAC" de l’Assurance maladie, dans le seul but d’y obtenir des certificats de vaccination vierges. "Les systèmes de surveillance de l’Assurance Maladie ont fait état depuis quelques jours de signalements de professionnels de santé ayant reçu des demandes d’authentification atypiques à leur outil d’identification dématérialisé", nous confirme l’organisme de santé.

Toute l'info sur

Le pass sanitaire, nouvel outil du quotidien

L’accès à ce compte suppose à la fois un identifiant national individuel, propre à chaque professionnel de santé, et un code secret envoyé sur le téléphone personnel du propriétaire de cet identifiant. Un système de double authentification en apparence sécurisé, mais qui souffre pourtant de récents piratages. "Depuis quelques jours, j’ai des demandes d’authentification pour le service vaccin Ameli alors que je ne vaccine pas. Il s’agit de personnes qui tentent de se connecter pour faire de faux certificats. Soyez vigilants confrères et consœurs médecins", a par exemple prévenu le docteur Jimmy Mohamed sur son compte Twitter. 

Certains médecins ont eu moins de chance. À Arcachon, en Gironde, le responsable du centre de vaccination s’est aperçu dimanche 8 août du piratage de son compte. 55 certificats y avaient été édités, raconte le journal Sud Ouest. Depuis, le praticien a porté plainte, entrainant l’ouverture d’une enquête judiciaire par le parquet de Bordeaux pour escroquerie et modification frauduleuse des données d’un système de traitement automatisé. À Marseille, une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur après qu’un chirurgien de l’hôpital européen a vécu les mêmes déboires. Cette fois, 178 certificats auraient été générés, selon La Provence

46 réquisitions judiciaires depuis mai

Dans un mail envoyé mercredi 11 août à l’ensemble des professionnels de santé, l’Assurance maladie a tenu à alerter sur ces connexions étrangères, les invitant "à ne surtout pas répondre à une demande d’authentification sur (leur) smartphone sans avoir préalablement vérifié qui en est à l’origine". Les personnels des centres de vaccination ont également été sensibilisés à cette problématique. "Nous faisons confiance à l’immense majorité des personnes impliquées dans la vaccination, notamment aux professionnels de santé qui respectent les règles déontologiques. Charge à eux cependant de ne pas donner accès à leur compte, sans vérification", nous précise l’Assurance maladie.

Il est encore tôt pour quantifier le phénomène d’après l'organisme public, qui avoue recevoir depuis peu ce type de signalements. Mais rien que pour la fraude aux attestations de vaccinations, 46 réquisitions judiciaires - qui visent à lever le secret médical - ont été envoyées à l’organisme depuis le mois de mai : une seule en mai, 8 en juin, 17 en juillet et 20 depuis début août. Celles-ci ne concernent pas exclusivement des usurpations d’identités : en réalité, des professionnels de santé délivrent eux-mêmes de faux certificats. 

Lire aussi

Ainsi, fin juillet, une employée du centre de vaccination de Villepinte été condamnée à de la prison ferme pour avoir généré 200 attestations grâce à son statut. Une fraude signalée à l’époque par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de Seine-Saint-Denis. Au total, 12 signalements au procureur et deux aux ordres professionnels ont été initiés par les CPAM pour des soupçons de fraude, ainsi que 16 plaintes pénales. "Ces actions ont concerné des professionnels de santé ayant saisi des fausses informations, des ‘utilisateurs d’attestations frauduleuses’ et d’autres personnes impliquées", souligne l’Assurance maladie. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Covid-19 : quand thés dansants et parties de belote virent aux clusters en Loire-Atlantique

Femme décapitée à Agde : ex-boxeur et ancien candidat FN, le profil du suspect se dessine

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.