Nouvel An clandestin en Ille-et-Vilaine : "2000 fêtards dans une commune de 800 habitants, ça surprend !"

Nouvel An clandestin en Ille-et-Vilaine : "2000 fêtards dans une commune de 800 habitants, ça surprend !"

RÉVEILLON - Une fête clandestine réunissant près de 2000 personnes a été organisée pour la Saint Sylvestre dans la petite commune bretonne de Lieuron (Ille-et-Vilaine). Une autre soirée illégale a été interrompue à Marseille.

En regardant les nombreuses voitures arriver en début de soirée, les habitants de Lieuron ont compris qu'une chose inhabituelle se préparait. "On a vu des personnes passer vers 21 heures. Puis il y en a eu de plus en plus à mesure que l'on approchait de minuit. Et je peux vous dire que près de 2000 fêtards qui débarquent dans une commune de 800 habitants et 17km2, ça surprend !", commente auprès de LCI Rose-Line Prévert, maire de cette commune d'Ille-et-Vilaine envahie par une fête clandestine géante durant cette nuit du Nouvel An.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Les dernières infos sur l'épidémie

Selon l'élue, les forces de l'ordre se sont rendues très rapidement sur place mais n'ont rien pu faire pour stopper l'événement de grande ampleur. La gendarmerie nous confirme ce vendredi matin que trois militaires ont été blessés légèrement par des jets de bouteilles et de projectiles et un véhicule de la gendarmerie a été incendié.

Les "teufeurs" encore sur place

"C'est une grosse rave qui a été organisée en catimini sur les réseaux sociaux et autres applications. Ce vendredi matin, il y a encore des personnes sur place, et même de la musique. Ces gens sont inconscients", ajoute la maire, qui dit entendre la sono depuis son domicile. 

"Un arrêté préfectoral interdisait ce type de rassemblement", a rappelé la préfecture, précisant qu'un point serait fait en fin de matinée sur les suites de cette fête sauvage. La maire de la ville envisage de porter plainte. Des mesures devraient être prises à l'encontre des organisateurs s'ils sont identifiés. Ils pourraient notamment être poursuivis pour mise en danger de la vie d'autrui. 

Enquête ouverte

Dans un communiqué publié ce midi, la préfecture d'Ille-et-Vilaine détaille que "le nombre de teufeurs est estimé à 2500, en provenance de différents départements et de l’étranger". Elle ajoute qu'un "important dispositif de gendarmerie est en place afin de sécuriser les abords du site et les axes de circulation".

Le préfet d’Ille-et-Vilaine a décidé l’activation du centre opérationnel départemental en préfecture afin de gérer

l’événement. Par arrêté, il a interdit ce rassemblement festif musical non déclaré. Il a également décidé l’engagement d’effectifs de secouristes de l’association départementale de protection civile auprès des sapeurs-pompiers qui ont procédé à deux évacuations vers l’hôpital cette nuit pour des blessures. "Outre le secours à personnes, les secouristes vont, dans le contexte sanitaire Covid-19, distribuer gel et masques afin de limiter les risques de propagation du virus au sein du rassemblement", ajoute la préfecture.

Le parquet a confié une enquête à la brigade de recherches de la gendarmerie de Redon sous les qualifications de :"organisation illicite d’un rassemblement festif à caractère musical", "violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique", "dégradation du bien d’autrui", "dégradation du bien d’autrui en réunion", travail dissimulé, " tenue illicite d’un débit de boissons" et "infractions à la législation sur les stupéfiants et notamment la facilitation de l’usage".

Nombreuses verbalisations à Marseille

À l'autre bout de la France, et toujours durant cette nuit de Nouvel An, une fête illégale rassemblant 300 personnes a été interrompue et dispersée par les forces de l'ordre à Marseille. Les trois organisateurs présumés de cette soirée, dans une salle des fêtes du 10e arrondissement, dans les quartiers est de la ville, ont été interpellés et placés en garde à vue pour mise en danger de la vie d'autrui et travail dissimulé. 

Et plus de 150 des noceurs se sont vus infliger une amende de 135 euros pour infraction aux règles du couvre-feu, tandis que deux autres personnes ont été interpellées, l'une pour outrage à personnes dépositaires de l'ordre public et rébellion, l'autre pour rébellion et violences sur personnes dépositaires de l'ordre public, notamment avec arme.

D'autres fêtes ailleurs

Lieuron et Marseille ne sont pas les seules villes où se sont tenues des fêtes clandestines. Ainsi, selon nos informations, au moins une dizaine de fêtes clandestines ont été repérées à Paris et en banlieue parisiennes. 

Dans la capitale, une fête dans le 1er arrondissement a donné lieu à 53 verbalisations et une interpellation. A Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), une autre a engendré  51 verbalisations, avec l'interpellation de trois organisateurs, à Nanterre (Hauts-de-Seine), 74 personnes ont été verbalisées et deux organisateurs interpellés. Enfin à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), 123 personnes participant à une fête ont été verbalisées et l'organisateur présumé arrêté. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en France : 323 décès recensés en 24 heures, 2.902 personnes toujours en réanimation

EN DIRECT - États-Unis : l'acte d'accusation contre Donald Trump transmis au Sénat lundi

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

6 doses au lieu de 5 : la baisse des livraisons de Pfizer est-elle liée à une nouvelle stratégie de vaccination ?

Procès en destitution de Trump : l'article transmis lundi au Sénat, et après ?

Lire et commenter