INFO LCI - Ile-de-France : une pharmacienne au cœur d’un trafic de certificats de vaccination

Faux certificats : une pharmacienne arrêtée

TRAFIC - Une pharmacienne du Val-de-Marne proposait à la vente de faux certificats de vaccination. Elle a été arrêtée, tout comme son complice.

L’enquête démarre vendredi soir, rue Lénine, à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Selon nos informations, un homme de 24 ans est contrôlé par les policiers en possession d’une pochette contenant une quarantaine d’attestations de vaccination anti-Covid avec des identités différentes. L’homme explique aux policiers être un agent d’une mairie d’un arrondissement parisien et que son travail consiste à centraliser les attestations de vaccination pour des participants à un voyage de groupe. Les policiers goûtent peu à son discours mensonger. D’autant qu’ils découvrent sur lui 2500 euros en liquide, dont il ne peut expliquer l’origine. 

À son domicile, d’autres certificats de vaccination sont retrouvés. Et dans le coffre de sa voiture : des bonbonnes de gaz lacrymogène, un poing américain et un bâton télescopique. L’enquête, menée par la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis a permis de remonter jusqu’au centre de vaccination de l’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), d’où les attestations étaient issues. Avec un cœur de l’intrigue, une pharmacienne résidant à Chevilly-Larue dont le nom ressortait systématiquement sur les faux documents.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

250 euros le certificat de vaccination

Grâce aux informations transmises par la sécurité sociale, les policiers ont entendu tout au long du week-end sept personnes à qui avaient été délivrées ces fausses attestations. D’après les premiers éléments d’audition, certains ont déclaré être opposés à la vaccination et avoir peur de transmettre "quelque chose" à leurs enfants. Deux femmes ont expliqué avoir trouvé une annonce sur Snapchat afin de se procurer de faux certificats de vaccination pour la somme de 250 euros l'unité.

L’enquête a pu établir qu’une grande partie des documents édités avaient été réalisés le 16 juillet, d’autres depuis le 22 juin dernier. À chaque fois, la pharmacienne officiait à ces jours et ces heures au centre de vaccination de l’Haÿ-les-Roses.

Lire aussi

Selon nos informations, le parquet de Bobigny a ouvert ce lundi une information judiciaire à l’encontre de cet homme de 24 ans et de la pharmacienne pour participation à une association de malfaiteurs en bande organisée, faux documents administratifs, atteinte à un système de traitement automatisé de données. Le parquet a demandé un placement en détention provisoire. 

Les deux intéressés ont été mis en examen lundi dans la soirée et ont été placés en détention provisoire, selon une source judiciaire à LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre : des proches de victimes du Bataclan et des policiers entendus ce mercredi

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.