Crack à Paris : une pétition en ligne a déjà récolté un millier de signatures pour dire stop

Crack à Paris : une pétition en ligne a déjà récolté un millier de signatures pour dire stop

SOCIÉTÉ - Une pétition intitulée "Non à Paris, capitale mondiale du crack et de la toxicomanie" a été mise en ligne il y a quelques jours. Elle dénonce la situation alarmante de certains sites, notamment au jardin d'Éole dans le 18e arrondissement.

Deux mois que la situation perdure et même, qu'elle empire selon les riverains. Le 17 mai dernier, pour tenter de réduire la présence de toxicomanes dans le quartier de Stalingrad entre les 18e et 19e arrondissements de Paris, les autorités décidaient de les regrouper dans le jardin d'Éole. 

Dès lors, chaque semaine, les riverains sont descendus dans la rue pour demander à récupérer leur parc. La mairie décidait finalement le 30 juin de faire évacuer le jardin, laissant les consommateurs de crack et les dealers sur le trottoir. Rien ne s'est arrangé depuis, en témoignent des vidéos  et des photos montrant des scènes surréalistes au pied des immeubles, de jour comme de nuit avec entre autres des bagarres, des gens qui fument du crack, d'autres qui se piquent, des vols, des agressions, parfois sexuelles...

Les mécontents sont encore montés d'un cran pour tenter d'obtenir une solution pérenne et digne pour les habitants victimes de ce fléau comme pour les consommateurs en lançant une pétition en ligne il y a quelques jours. Baptisée "Non à Paris, capitale mondiale du crack et de la toxicomanie", celle-ci a déjà recueilli un millier de signatures

Lire aussi

La salle de shoot? "une source de nuisance pour le voisinage"

Dans ce texte, les signataires dénoncent à la fois le quotidien dans certains quartiers du fait de la présence de toxicomanes et de fournisseurs mais aussi les propositions évoquées jusqu'à présent pour tenter d'y mettre un terme. "Face à la crise de la toxicomanie qui s’aggrave très rapidement dans le nord-est de Paris, alors que la consommation de crack et de drogues y atteint aujourd'hui des proportions ingérables, la Mairie de Paris envisage, dès cet été, la multiplication des salles de consommation de crack et autres drogues (voir le Conseil de Paris du 7 juillet 2021). Et cela, à terme, dans tous les arrondissements : la prochaine salle de shoot se trouve peut-être au pied de votre immeuble !", écrivent-ils.  

Selon eux, "la première "salle de consommation à moindre risque" (SCMR), ouverte à titre expérimental en 2016 au cœur d’un quartier d’habitations, de commerces et d’écoles dans le 10e arrondissement, n’est qu'une source de nuisances pour le voisinage. Pour les riverains, elle n’a rien réglé, bien au contraire !"

Les signataires demandent entre autre "l’application ferme de la loi, qui en France n’autorise ni la consommation, ni le trafic de stupéfiants", " la mobilisation des forces de l’ordre pour mettre fin aux trafics, aux tapages, aux agressions, aux vols, aux bagarres, aux viols générés par les regroupements de toxicomanes et de dealers" et la "prise en charge digne et réelle des toxicomanes, dans des structures adaptées, implantées loin des habitants et des lieux de deal, et ayant pour objectif le sevrage et la réinsertion sociale". 

Des solutions avant septembre ?

Début juillet, la maire Anne Hidalgo a indiqué qu'elle refusait de "déplacer" une énième fois les toxicomanes, comme le souhaite la préfecture de police. Elle souhaite plutôt ouvrir plusieurs lieux d'accueil dédiés, avec des espaces de consommation leur permettant de fumer du crack. Elle a notamment promis l'ouverture d'une structure de ce genre "dès cet été". À terme, la municipalité espère créer quatre ou cinq salles de consommation dans Paris, selon plusieurs élus de sa majorité.

Olivier Véran a souligné un peu plus tard devant l'Assemblée nationale que "la clé du succès dans l'installation de tels dispositifs, c'est d'abord qu'il y ait un consensus". Selon le ministre de la Santé, "le travail (...) de la maire de Paris, c'est de mener la consultation et la concertation avec les concitoyens parisiens."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Tempête Aurore : 40.000 foyers encore privés d'électricité ce soir dans le nord du pays

Tempête Aurore : ce qui vous attend ce soir et cette nuit de la Bretagne à Paris

EXCLUSIF - Affaire Maëlys : des invités du mariage où Nordahl Lelandais a enlevé la fillette témoignent

EN DIRECT - Prix des carburants : une indemnité "classe moyenne" de 100 euros pour 38 millions de Français

Tempête Aurore : une "mini-tornade" frappe une commune du Finistère et détruit une maison

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.