Dîners clandestins : une enquête est ouverte, voici ce que l'on sait

Dîners clandestins : une enquête est ouverte, voici ce que l'on sait

JUSTICE - La police judiciaire a ouvert une enquête à la suite d'un reportage diffusé sur M6 mentionnant des dîners parisiens organisés de manière clandestine dans des appartements luxueux à Paris. Des ministres sont accusés d'y avoir participé.

Dans l'affaire dite des dîners clandestins, le volet politique a rapidement cédé la place au volet judiciaire. Ce dimanche 4 avril, le procureur de Paris Rémy Heitz a annoncé avoir ouvert une enquête pénale à la suite d'un reportage diffusé dans le journal télévisé de M6 deux jours plus tôt et rapportant la tenue, régulière mais non moins clandestine, de repas et de soirées dans la capitale. 

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

Ainsi, le parquet a saisi "la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne d'une enquête des chefs de mise en danger d'autrui et de travail dissimulé", afin de "vérifier si des soirées ont été organisées en méconnaissance des règles sanitaires et de déterminer quels en ont été les éventuels organisateurs et participants". Une enquête administrative a également été ouverte par la préfecture de police, saisie par Gérald Darmanin. "A la suite du reportage de M6, j'ai demandé au Préfet de police de Paris de vérifier l'exactitude des faits rapportés afin, s'ils sont vérifiés, de poursuivre les organisateurs et les participants de ces dîners clandestins", a annoncé le ministre de l'Intérieur dans un tweet. 

Face à ces images, l'exécutif réagit

Des extraits de ce reportage publiés sur Twitter ont été partagés plus de 16.000 fois et ont suscité de nombreuses réactions depuis. Mais que montre-t-il ? Filmant en caméra cachée, la journaliste s'est rendue dans un lieu décrit comme "un restaurant clandestin situé dans les beaux quartiers", où les participants et les serveurs ne s'embarrassent pas de porter un masque et de respecter un quelconque protocole sanitaire. La seconde partie du document diffuse des images d'une soirée clandestine, filmées par un participant. Là encore, les gestes barrières sont laissés au vestiaire. L'organisateur de l'événement, présenté par M6 comme un "collectionneur" témoigne alors au micro de M6 de manière anonyme et explique avoir "dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants avec un certain nombre de ministres". 

C'est bien cette séquence qui a fait réagir ce dimanche au sein de l'exécutif. Tour à tour, les différents ministres invités sur les plateaux de télévision ont condamné sans réserve ces éventuels agissements et nié l'implication de membres du gouvernement. "Si des ministres ou des députés ont enfreint des règles, il faut qu’ils aient des amendes et qu’ils soient pénalisés comme n’importe quel citoyen", a affirmé Marlène Schiappa ce dimanche au micro d’Europe 1. Avant de répondre par l'affirmative à un internaute qui écrivait que "si un ministre enfreint les règles il doit payer une amende ET démissionner car il représente l’état". De son côté, Bruno Le Maire a nié l’existence de privilèges accordés à des membres du gouvernement : "Il n’y a de passe-droit pour personne et je serais curieux que ce restaurateur donne le nom des ministres s’il est si bien informé que ça. (...) Tous les ministres, sans exception". Puis, interrogé sur cette affaire, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement a été catégorique sur LCI : "Je ne crois pas une seule seconde que des membres du gouvernement se rendent dans des restaurants clandestins". 

Lire aussi

Pour l'heure, aucune preuve n'a été apportée en ce sens. Toutefois, Arrêt sur Images et Libération (articles abonnés) pensent avoir identifié ce dimanche l'organisateur de ladite soirée en la personne de Pierre-Jean Chalençon, homme d'affaires et propriétaire du Palais Vivienne. Cet ancien hôtel particulier, situé dans le 2e arrondissement de Paris, propose trois espaces à la location. Ce dernier a par ailleurs démenti toute participation en réponse à un utilisateur de Twitter qui le citait sur le sujet : "Totalement faux et calomnieux... !!!!!" 

À travers un communiqué de son avocat adressé à l'AFP dimanche en fin de soirée, l'intéressé a toutefois  implicitement reconnu être cette source. Mais il a plaidé qu'il faisait seulement de "l'humour" et maniait "le sens de l'absurde", quand 

il avait assuré que des ministres participaient à de tels repas. En février, dans une vidéo, il affirmait que Gabriel Attal devait "venir dîner prochainement". En réponse, le porte-parole du gouvernement a fait savoir qu'il ne le connaissait pas et qu'il avait "découvert cet extrait ce (dimanche) soir sur Twitter avec beaucoup d'étonnement". Si la justice lance des investigations ce dimanche sur ces dîners, les internautes veulent savoir qui se cache derrière ces accusations. Plus de 50.000 tweets ont déjà été publiés sur Twitter en reprenant le mot-dièse #OnVeutLesNoms. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Alerte enlèvement : une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges

REVIVEZ - PSG-Bayern Munich (0-1) : malgré la défaite, Paris verra à nouveau les demies

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

EN DIRECT - États-Unis : Pfizer dit pouvoir livrer 10% de doses de vaccins de plus que prévu d'ici fin mai

Lire et commenter