Des lycéennes ont-elles été menacées par des policiers lors du blocage de leur établissement à Rennes ?

Des lycéennes du lycée Brequigny, à Rennes, le 1er septembre 2020

LES VÉRIFICATEURS - Des lycéennes accusent les forces de l'ordre de les avoir insultées et menacées lors d'une intervention vendredi aux abords d'un établissement de Rennes (Ille-et-Vilaine). Des faits que nous ne pouvons pas confirmer et pour lesquels aucune plainte n'a été déposée à ce jour.

Les accusations sont graves. D'autant plus qu'elles concernent de jeunes mineures. Sur les réseaux sociaux, une lycéenne a partagé le déroulé une intervention des forces de l'ordre qui a eu lieu le vendredi 21 mai à proximité de son établissement scolaire. Mobilisée devant le lycée Bréquigny, à Rennes, afin de demander l'annulation des examens du baccalauréat, elle aurait été violentée et menacée de viol par des policiers. Alors que s'est-il passé ? 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

On est au cinquième jour d'une mobilisation lycéenne en pleine crise sanitaire. Face à la présence des forces de l'ordre et de l'administration qui gardaient "grande ouverte" l'entrée de l'établissement scolaire, un groupe de lycéens décide de partir "chercher des poubelles", pour "continuer l'action malgré tout". Une démarche stoppée nette par les forces de l'ordre. 

Présentes en nombre sur place, elles dispersent les jeunes qui prennent la fuite. L'une des bloqueuses dit alors avoir été rattrapée par trois policiers. "Ils m'arrêtent violemment, l'un d'entre eux (…) arrache violemment mon masque", écrit-elle sur les réseaux sociaux. "En arrachant mon masque, mon piercing à l'oreille s'arrache, mon oreille est en sang." 

La jeune femme relate ensuite comment elle a cédé à la "panique" sous l'effet "de la douleur et de la peur". Elle se débat et donne "malencontreusement" un coup de pied dans le genou d'un agent. La lycéenne de 16 ans "hurle", ce à quoi l'un des gardiens de la paix lui aurait répondu : "Oui, c'est ça, jouis, vas-y !" Elle assure avoir alors été violentée par cet agent avant d'être placée en garde à vue. Huit heures au cours desquelles "aucun autre incident ne s'est produit". 

Contacté par LCI.fr, le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, confirme qu'une mineure née en 2004, scolarisée en classe de 1ère, a été poursuivie "pour des faits de violences sur personne dépositaire de l'autorité publique et refus de se soumettre aux opérations de relevé signalétique". 

Le procureur précise qu'il lui est notamment reproché le fameux coup de pied sur un policier. Fait qu'elle ne conteste pas, évoquant un "acte involontaire". Cependant, lors de son audition, "en présence d'un avocat", la jeune femme n'a "à aucun moment" évoqué les propos sexistes qu'elle relate sur les réseaux sociaux.

Aucune plainte déposée

D'autres témoignages parus dans la presse locale font également état d'injures proférées par les forces de l'ordre. Des insultes à caractère sexistes... et des menaces de viol. Certains lycéens affirment ainsi avoir entendu les policiers hurler "si je te rattrape, je te viole", ou bien "je vais te tringler". Aucune plainte n'a pourtant été déposée à ce jour. Et la branche régionale du syndicat Unité-SGP Police FO, interrogée par France 3 Régions, se montre prudente : "S'ils peuvent le prouver, on verra s'ils ont des éléments, mais il ne faut pas inverser les faits, c'est eux qui voulaient bloquer le lycée !"

Lire aussi

Compliqué, dès lors, de prouver la véracité de ces allégations. Du côté des syndicats lycéens, personne ne les confirme non plus. S'ils ont bien dénoncé dans un communiqué une "interpellation brutale" et une tension ayant atteint "un niveau inacceptable", aucun ne s'est fait le relais de propos sexistes ou de gestes déplacés. Quant au corps enseignant, il n'était pas présent lors des événements, d'après Ouest France. En résumé, si ces témoignages ont bien été partagés par quelques médias, ils demeurent invérifiables pour le moment.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Météo : 21 départements en vigilance orange aux orages, le Rhône en vigilance canicule

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - Masque à l'école : il pourra être enlevé à la récréation mais pas dans les classes

Disparition de Delphine Jubillar : Cédric Jubillar, sa mère et son beau-père en garde à vue

Pourquoi Cédric Jubillar a-t-il été placé en garde à vue ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.