Le préfet de police Didier Lallement visé par une enquête pour "faux témoignage"

Le préfet de police de Paris Didier Lallement lors d'une cérémonie en mai 2020.

ENQUÊTE - Le préfet de police de Paris est accusé de ne pas avoir dit la vérité lors d'une audition à l'Assemblée nationale. Plusieurs magistrats sont également dans le viseur de la justice.

Aurait-il menti aux députés en juin dernier ? Le préfet de police de Paris Didier Lallement est visé par une enquête pour "faux témoignage" lors d'une audition devant la commission d'enquête sur l'indépendance du pouvoir judiciaire. Depuis la mi-décembre, les enquêteurs du parquet de Nanterre s'intéressent aux propos du préfet, qui indiquait à l'époque ne pas avoir "trouvé les organisateurs" de manifestations de policiers non-autorisées en juin. 

Cette enquête fait suite à des courriers de Ugo Bernalicis, le président (La France insoumise) de la commission d'enquête, qui a accusé en septembre dernier sept hauts responsables au total de "faux témoignages" et de "parjures". Cinq signalements ont été retenus par le parquet d'après des documents consultés par l'AFP. 

Parmi eux, plusieurs magistrats dont le procureur de Paris, Rémy Heitz, qui a assuré n'avoir "signé aucun document donnant des instructions à [ses] collègues" lors de la crise des Gilets jaunes alors qu'une note laisse entendre le contraire. Catherine Champrenault, procureure générale de Paris, et Éliane Houlette, ex-cheffe du Parquet national financier, sont accusées d'avoir eu des "déclarations discordantes"  devant la commission sur des interventions dans le cadre de l'affaire Fillon. Jean-Michel Hayat est, lui, soupçonné de "parjure" sur les raisons de la désignation du juge Tournaire dans le dossier Fillon.

Lire aussi

Pour l'heure, aucun d'entre eux n'a été convoqué par le parquet de Nanterre. Si les condamnations sont rares, la jurisprudence exigeant de démontrer une intention de tromper les parlementaires, le faux témoignage est passible de cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Allemagne prévoit un assouplissement des restrictions dès le 8 mars

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Sarkozy condamné : Marine Le Pen "ne souhaite pas que les magistrats fassent la primaire de la présidentielle"

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter