Dîners clandestins : Christophe Leroy assure n'avoir reçu "aucun membre du gouvernement"

Des ministres dans des dîners clandestins ?

INTERVIEW - Le restaurateur épinglé pour l'organisation de dîners clandestins présumés a assuré au micro de BFM, dans une interview diffusée dimanche 11 avril, ne pas avoir reçu de membre du gouvernement dans son club privé.

Deux jours après la fin de sa garde à vue, le restaurateur et homme d'affaires Christophe Leroy est toujours mis en cause dans une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui et travail dissimulé". Organisateur de dîners clandestins, en compagnie de son ami, le collectionneur Pierre-Jean Chalençon, il est soupçonné par les enquêteurs d'avoir organisé des dîners clandestins dans son appartement. 

"Jamais, jamais, jamais"

Surtout, depuis le reportage de M6 qui a dévoilé le sujet le 2 avril, dans lequel son co-organisateur assure avoir "déjeuné avec des ministres" dans un cadre comparable, on s'interroge : des membres du gouvernement ont-ils été conviés à ce que le restaurateur qualifie de "conférences" ? Successivement, le week-end précédent et dans les jours suivants, ministres et secrétaires d'États s'étaient bousculés pour dire qu'ils n'avaient jamais assisté au moindre dîner. 

Ce dimanche, sur BFM, Christophe Leroy, après Pierre-Jean Chalençon qui a assuré qu'il s'agissait d'un "poisson d'avril", a appuyé ces dénégations. Revenant sur sa garde à vue, il décrit : "Les policiers voulaient savoir quelles personnalités j'avais services. Je leur ai dit que j'ai jamais servi de membres du gouvernement depuis les mois passés. Jamais, jamais, jamais. [...] Pas plus des ministres que des secrétaires d'État ou autres".

Lire aussi

"Ce n'est pas un restaurant"

Reste alors la question de la légalité de la procédure : était-il légal de recevoir ainsi du public dans un lieu privé. Les deux hommes font valoir à raison que oui, tout en reconnaissant que c'était contraire aux recommandations du gouvernement, qui recommande de limiter les réunions à six personnes. "En même temps, beaucoup de gens ont des appartements de 565 m² ?" interroge Christophe Leroy, toujours sur BFM. 

Toutefois, le fait d'introduire une transaction financière en proposant une prestation et un travail interdits par les restrictions sanitaires vient questionner la défense des deux hommes. "Juridiquement, ce n'est pas un restaurant", assure pourtant Christophe Leroy, pour qui il s'agit "d'un club privé [où] des gens viennent travailler" et à qui il leur sert "quelques plats et quelques mets". Il appartient désormais aux enquêteurs de trancher.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Biden exprime son soutien au cessez-le-feu auprès de Netanyahu

Gérald Darmanin sera aux côtés des policiers qui manifesteront le 19 mai

La Mexicaine Andrea Meza sacrée Miss Univers, Amandine Petit aux portes du top 10

EN DIRECT - Covid-19 : 22.749 personnes hospitalisées, dont 4189 en réanimation, la baisse se poursuit

Amandine Petit aux portes du top 10 de Miss Univers : "C’est un résultat assez incroyable"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.