Dîners clandestins : le domicile du cuisinier Christophe Leroy perquisitionné

Restaurants clandestins : quelles sanctions ?

JUSTICE - Le domicile du cuisinier Christophe Leroy a été perquisitionné ce mercredi dans le cadre de l'enquête sur l'affaire des "dîners clandestins". Celle-ci a été mise au jour vendredi lors de la diffusion de l'extrait d'un reportage sur M6, affirmant que des dîners luxueux avaient notamment lieu au Palais Vivienne, appartenant au collectionneur Pierre-Jean Chalençon.

Celui qui se présente sur son compte Instagram comme "le chef des stars", Christophe Leroy, a vu son domicile perquisitionné ce mercredi, a-t-on appris auprès du parquet de Paris, confirmant une information de BFMTV. Il est soupçonné d'avoir organisé des repas aussi luxueux que clandestins, notamment au Palais Vivienne appartenant au collectionneur et ex-star de l'émission Affaire conclue (France 2) Pierre-Jean Chalençon.

Cette perquisition s'inscrit dans la saisie par la justice de cette affaire, révélée vendredi dernier par un reportage en caméra cachée diffusé sur M6. Il faisait état d'un dîner au Palais Vivienne "autour d'un menu caviar et champagne" au prix de "220 euros par personne", concocté par le cuisinier.

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

Une enquête pénale ouverte

Dès sa diffusion, le reportage a déclenché une vive polémique. L'un des organisateurs, identifié comme étant Pierre-Jean Chalençon, y affirmait avoir "dîné dans la semaine dans 2/3 restaurants clandestins" où il aurait croisé "des ministres". S'il est depuis revenu sur ses déclarations, en expliquant avoir voulu faire de "l'humour", la blague a été prise très au sérieux au sein du gouvernement. 

Devant le tollé suscité par ce reportage sur les réseaux sociaux, notamment avec un hashtag #OnVeutLesNoms, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé dimanche au préfet de police de Paris, Didier Lallement, d'ouvrir une enquête administrative pour examiner la réalité ou non des faits dénoncés. Dans la foulée, le procureur de Paris Rémi Heitz a ouvert de son côté une enquête pénale. Ainsi, le parquet a saisi "la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne d'une enquête des chefs de mise en danger d'autrui et de travail dissimulé", afin de "vérifier si des soirées ont été organisées en méconnaissance des règles sanitaires et de déterminer quels en ont été les éventuels organisateurs et participants"

Lire aussi

Le gouvernement nie, la rédaction de M6 insiste

Sur LCI ce mardi, la ministre déléguée à l’Industrie Agnès Pannier-Runacher a assuré que, selon elle, aucun ministre n'a participé à un dîner clandestin : "Je veux rassurer les Français, les règles du jeu s'appliquent à tout le monde, et aux ministres au premier chef. Ce serait une faute politique majeure de ne pas le respecter. (…) Je serai très surprise, cela s'apparente à un suicide politique de se croire au-dessus des lois au moment où tous les Français font des efforts considérables". En parallèle sur Europe 1,  le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a déclaré qu’à sa connaissance, "il n'y a pas de ministres" parmi les participants à ces dîners clandestins, dénonçant au passage "la rumeur qui sape les fondements de la démocratie".

De son côté, la Société des journalistes des JT de M6 a publié un communiqué assurant qu'un membre du gouvernement était bien présent et se défend de propager des "calomnies". "D'autres sources (que Pierre-Jean Chalençon) nous ont confirmé en 'off' la présence d'au moins un membre du gouvernement à un de ces dîners", écrit-elle.

Sur le même sujet

Lire et commenter