Affaire Estelle Mouzin : pourquoi les enquêteurs s'intéressent à un bois de la commune d'Issancourt-et-Rumel

Affaire Estelle Mouzin : pourquoi les enquêteurs s'intéressent à un bois de la commune d'Issancourt-et-Rumel

INVESTIGATIONS – Depuis le 29 mars, les gendarmes mènent des fouilles sur la commune d'Issancourt-et-Rumel dans les Ardennes. Selon Monique Olivier, ex-femme de Fourniret, c'est là que le corps de la fillette serait enterré.

Une commune de 426 habitants dont personne ou presque n'avait entendu parler jusqu'à il y a quelques jours. Depuis le 29 mars pourtant, le nom d'Issancourt-et-Rumel est à la Une. Selon les dernières confessions de Monique Olivier, ex-épouse de Michel Fourniret, c'est sur les terres  de ce village que se trouverait le corps d'Estelle Mouzin. Issancourt-et-Rumel se situe à 4 kilomètres et 6 minutes en voiture de Ville-sur Lumes, où Fourniret se rendait souvent dans la maison de sa sœur défunte et où il aurait, selon son ex-épouse, séquestrée pendant plusieurs heures la fillette de 9 ans après l'avoir kidnappée et violée. Un matelas avec l'ADN de la fillette a d'ailleurs a été retrouvé dans le logement. 

Après avoir fouillé une zone humide et marécageuse en début de semaine dernière, les enquêteurs se penchent désormais sur un périmètre davantage boisé. Jeudi dernier en effet, Monique Olivier a livré de nouvelles informations à la juge Sabine Kheris, en charge du dossier depuis juillet 2019. La septuagénaire, qui avait été extraite de sa cellule de Fleury-Mérogis le 31 mars pour participer aux fouilles, lui a ainsi confié avoir joué un rôle dans la séquestration de la fillette, avant de détailler les  événements sordides qui se seraient déroulés du 9 au 11 janvier 2003, dans les Ardennes. 

Toute l'info sur

Disparition d’Estelle Mouzin : 18 ans après, enfin la vérité ?

Lire aussi

Fourniret serait parti seul enterrer la fillette

Selon le scénario décrit par Monique Olivier et dévoilé dans les colonnes du Parisien ce jeudi, celle-ci aurait été contactée le 10 janvier 2003 par son époux. Ce dernier lui aurait demandé de quitter leur domicile de Sart-Custinne en Belgique pour le rejoindre à Ville-sur-Lumes, dans les Ardennes, à 45 kilomètres de là, ce qu'elle aurait fait. À son arrivée, Monique Olivier aurait alors vu Estelle, encore en vie selon elle et aurait même échangé quelques mots avec la fillette. Michel Fourniret se serait ensuite absenté, laissant l'enfant à sa compagne, avant de revenir. Monique Olivier elle serait finalement retournée en Belgique, avant que l'ogre des Ardennes ne lui demande de le rejoindre à nouveau, le 11 janvier cette fois. 

À son arrivée, Monique Olivier aurait trouvé la fillette morte dans le véhicule du couple. L'ancienne femme du tueur a assuré ne pas avoir assisté ou participé au meurtre de l'enfant. Le couple aurait ensuite pris la direction d'une zone boisée d'Issancourt-sur-Rumel. Là, toujours selon nos confrères, au bout d'un chemin forestier, Michel Fourniret serait parti seul enterrer le corps de la fillette. C'est précisément à cet endroit que les militaires effectuent des recherches. 

Plusieurs opérations de recherches ont déjà été menées dans la région ces derniers mois, en vain. Elles avaient eu lieu notamment en octobre en présence de Michel Fourniret, dont l'état de santé s'est entretemps dégradé.  Âgé de 78 ans, il a été condamné à la perpétuité incompressible pour les meurtres de sept fillettes, adolescentes et jeunes femmes entre 1987 et 2001. Il est mis en examen dans trois autres dossiers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Thomas Pesquet vers l'ISS : la capsule Crew Dragon est en orbite autour de la Terre

Qui pourra rouvrir en mai ? Les certitudes et les inconnues du calendrier du déconfinement

EN DIRECT - L'Union Européenne pense pouvoir vacciner 70% des adultes contre le Covid-19 dès juillet

Fin des vacances scolaires : y aura-t-il une tolérance pour les déplacements le week-end des 24 et 25 avril ?

Minute par minute, comment suivre le décollage de Thomas Pesquet à bord de SpaceX

Lire et commenter