Disparition de Delphine Jubillar : son époux Cédric "commence à perdre espoir", affirme l'une de ses avocats

Cédric Jubillar, soupçonné d'avoir tué sa femme Delphine et écroué depuis cinq mois, se dit innocent et tentera de convaincre mardi, avec ses avocats, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse de le remettre en liberté.

FAIT DIVERS – Alors que les avocats de Cédric Jubillar plaident une nouvelle demande de mise en liberté de leur client, ce mardi, l'une de ses conseils, Me Emmanuelle Franck, évoque sur LCI "le cauchemar" du principal suspect de l'affaire.

Il y a quelques mois, le procureur de Toulouse, Dominique Alzeari, avait regretté que des informations, parfois erronées, ont été publiées dans la presse au sujet de la disparition de Delphine Jubillar. Si son successeur, Samuel Vuelta-Simon, n'a pas réagi pour l'instant après la publication d'extraits du procès-verbal d'interrogatoire de Cédric Jubillar, document lié au secret de l'instruction, les avocats du mis en cause s'en offusquent. "C'est une situation que je déplore", réagit Me Emmanuelle Franck, l'un des conseils de Cédric Jubillar sur LCI ce mardi 16 novembre au matin.

Toute l'info sur

La disparition de Delphine Jubillar

L'avocate, ainsi que les deux autres conseils de Cédric Jubillar, Mes Jean-Baptiste Alary et Alexandre Martin, plaident une nouvelle demande de mise en liberté de leur client devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse. Au sujet de cette nouvelle demande, l'avocate déclare : "Nous faisons à nouveau une demande de remise en liberté pour la simple et bonne raison que ce dossier, qui était déjà particulièrement vide au départ s'agissant des éléments contre Cédric Jubillar, est désormais un dossier qui s'épuise au fur et à mesure du temps. Il n'y a pas d'élément nouveau. Rien ne bouge s'agissant des éléments qu'on pourrait opposer à Cédric Jubillar pour justifier maintenant 5 mois de détention provisoire. Il est impensable que la défense laisse persister cette situation". 

"Façon parcellaire de voir les choses"

Cédric Jubillar, peintre-plaquiste de 34 ans, a été mis en examen pour "meurtre sur conjoint" et placé en détention provisoire le 18 juin 2021. Il a toujours affirmé ignorer ce qu'il était advenu de son épouse. "Sur le plan personnel, bien évidemment je crois en l'innocence de mon client, insiste Me Emmanuelle Franck (…) J'ai sous les yeux tous les procès-verbaux d'audition de Cédric Jubillar avant sa garde à vue, pendant sa garde à vue et l'interrogatoire devant le magistrat instructeur et je ne vois pas de contresens". 

L'avocate rappelle que Cédric Jubillar a "toujours expliqué de façon constante le déroulement de cette soirée-là et de cette nuit-là sans qu'il n'y ait de quelconque contradiction". Sur l'hypothèse émise par certains selon laquelle l'infirmière trentenaire serait partie faire le djihad, Cédric Jubillar assure qu'il ne sait rien de cela. Sur le fait qu'elle ne sortait pas le soir et qu'elle ne sortait pas les chiens, Me Franck soutient que ceci est faux, car plusieurs témoins disent le contraire. "C'est toujours une façon très parcellaire de voir les choses, mais quand on a le dossier les choses se remettent dans l'ordre", insiste-t-elle, précisant que dans le dossier existe un certain nombre de pistes. 

"Il commence à perdre espoir"

Les trois avocats du peintre-plaquiste de 34 ans, Emmanuelle Franck, Jean-Baptiste Alary et Alexandre Martin, dénoncent également le placement à l'isolement, 23 heures sur 24, du suspect numéro un, qui a droit à deux promenades de 30 minutes par jour, accompagné d'un gardien de prison. Ils s'étonnent aussi que les juges d'instruction aient tardé quatre mois avant de l'interroger le 15 octobre. L'interrogatoire reprendra le 3 décembre.

Alors, comment va Cédric Jubillar aujourd'hui ? "Les mois passent et sont extrêmement difficiles compte tenu de ses conditions de détention. C'est un homme qui continue de clamer son innocence, qui est extrêmement combattif et qui commence à perdre espoir avec des conditions de détention très compliquées et qui n'en voit pas l'issue. Au début, je pense qu'il avait confiance en la justice. Il disait : 'Je n'ai rien fait, ce cauchemar va s'arrêter', sauf que le cauchemar continue", informe Me Franck.

Lire aussi

Près d'un an après la disparition de leur mère, les deux jeunes enfants du couple ont été placés chez la sœur de Delphine Jubillar. 

Dans le même temps, de nombreuses recherches ont été entreprises par les gendarmes aux environs du village. Régulièrement, des amies de l'infirmière se rassemblent et arpentent champs et bois autour de Cagnac-les-Mines en espérant trouver un indice.

Lundi 15 novembre, date de son 34e anniversaire, des proches de Delphine Jubillar et des habitants du village se sont recueillis devant la maison inhabitée du couple, où des bougies éclairaient un portrait de la disparue.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle hausse à l'hôpital, plus de 10.500 personnes hospitalisées

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.