Disparition inquiétante : le mari de Magali Blandin se dit victime d'une "extorsion de fonds"

Disparition inquiétante : le mari de Magali Blandin se dit victime d'une "extorsion de fonds"

FAIT DIVERS – Magali Blandin, 42 ans et mère de 4 enfants, a disparu depuis le 10 février. Son mari a affirmé récemment se sentir menacé. Cinq personnes, soupçonnées de lui avoir demandé la somme de 15.000 euros, ont été interpellées dimanche.

La mère de famille n'a pas été vue depuis le 10 février dernier. La disparition de Magali Blandin, éducatrice spécialisée de profession, avait été signalée le 12 février par une collègue de travail, elle-même alertée par l'école constatant qu'elle ne s'était pas présentée pour récupérer ses enfants. Le 22 février, le parquet de Rennes a ouvert une information judiciaire  en recherche des causes d'une disparition inquiétante. 

Lundi 15 mars, le procureur de la République a donné de nouvelles informations sur cette affaire alors que la quadragénaire demeure introuvable. "Le mari de l'intéressée s'est présenté le jeudi 25 février 2021 auprès du juge chargé du dossier accompagné de son avocat afin de l'informer qu'il était victime d'une tentative d'extorsion d'une somme de 15.000 euros et se sentait menacé", explique ainsi le magistrat dans un communiqué. Dès le lendemain, une information judiciaire a été ouverte par le parquet pour" tentative d'extorsion en bande organisée auprès du même juge". Et  les enquêteurs n'ont pas tardé à identifier les suspects.

Lire aussi

Le GIGN mobilisé

Ainsi, dimanche 14 mars dans l'après-midi, une opération de police judiciaire a été menée avec l'appui du GIGN dans le quartier de Maurepas à Rennes, où avait été convenu le rendez-vous entre le mari de Magali Blandin et les personnes mises en causes. "Deux personnes ont  interpellées à cette occasion, puis trois autres dans la foulée au domicile des mis en cause. Les cinq personnes mises en cause sont quatre hommes et une femme, nés entre 1975 et 2003", précise le parquet de Rennes. S'agissant de criminalité organisée, la garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures. 

70 enquêteurs de la section de recherche de Rennes et du groupement de gendarmerie d'Ille-et-Vilaine restent mobilisés sur cette enquête. Les enfants du couple, eux, ont été placés fin février comme l'avait requis le parquet par "mesure de protection".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter