EN DIRECT - "Le parquet ne fera pas appel" de la condamnation de Valérie Bacot, annonce son avocate

Elle aura été considérée comme une victime tout au long de son procès. Condamnée à quatre ans de prison, dont un ferme, pour l'assassinat de son mari, Valérie Bacot est sortie libre vendredi 25 juin. Elle avait déjà purgé un an en détention provisoire.

JUSTICE - Ce vendredi, Valérie Bacot a été condamnée à quatre ans de prison dont 3 avec sursis pour l'assassinat de son mari violent et qu'il l'avait forcé à se prostituer dès l'âge de 14 ans. Elle est sortie libre de son procès.

Live

RÉACTION


"Je ne ne suis pas soulagée, mais vidée mentalement et physiquement", a affirmé Valérie Bacot à sa sortie du tribunal.


Son avocate a également annoncée que le parquet ne ferait pas appel de la condamnation de sa cliente.

VALÉRIE BACOT EST "VIDÉE" : LE RÉCIT DE SON AVOCATE

MOMENT FORT

VIDÉO - "Je vais pouvoir retrouver mes enfants" : libre, Valérie Bacot ovationnée à la sortie du tribunal

RÉACTION


"Je ne ne suis pas soulagée, mais vidée mentalement et physiquement", a affirmé Valérie Bacot à sa sortie du tribunal.


Son avocate a également annoncée que le parquet ne ferait pas appel de la condamnation de sa cliente.

UNE SORTIE SOUS LES APPLAUDISSEMENTS


Valérie Bacot quitte le tribunal, applaudie par une foule de soutiens venus assister à sa libération.

SORTIE DE VALÉRIE BACOT


"Je voudrais remercier la Cour. C'est un nouveau combat maintenant, pour toutes les autres femmes et toutes les maltraitances", déclare en sortant de la salle d'audience Valérie Bacot, qui ne se dit "pas soulagée", mais "vidée mentalement et physiquement".


"Je pourrai être là pour mes enfants et ma petite-fille", se réjouit-elle enfin avant d'avancer, soutenue par le bras par son avocate qui lui assure : "Ne t'inquiète pas, je te tiens".

CONDAMNÉE MAIS LIBRE


Sur place, notre journaliste Thibault Malandrin fait le point après que Valérie Bacot ait été condamnée. 

VERDICT : VALÉRIE BACOT CONDAMNÉE MAIS LIBRE


"Vous allez sortir de cette cour d'assises" dit la présidente de la Cour d'assises à Valérie Bacot.  Valérie Bacot a été reconnue coupable de l'assassinat de son mari violent. Elle a été condamnée à 4 ans dont 3 ans avec sursis et obligation de soin. La détention qu'elle a déjà effectuée après l'assassinat de son mari lui permet de sortir libre de la cour d'assises. 

Infos précédentes

C'est le récit d'un long calvaire qui va être rapporté cette semaine aux assises de Saône-et-Loire. Celui de Valérie Bacot, jugé pour l'assassinat de son mari. Proxénète, celui-ci la violait depuis l'âge de 12 ans. 

Les faits pour lesquels elle est jugée remonte au 13 mars 2016. Ce jour-là, Valérie Bacot, 35 ans, tue Daniel Polette, 61 ans. Avec l'aide de deux de ses enfants, elle enterre le corps dans un bois mais est dénoncée puis arrêtée en octobre 2017. Elle avoue immédiatement, expliquant son geste par 25 ans de calvaire. Ce dernier débute à 12 ans : elle est violée par Daniel Polette qui est alors l'amant de sa mère. 

"J'ai souhaité fuir mille fois"

Condamné et incarcéré en 1995, l'homme est pourtant autorisé, dès sa sortie de prison en 1997, à réintégrer le domicile familial. Et "tout recommence comme avant", raconte Valérie Bacot dans son livre Tout le monde savait (Fayard), publié le mois dernier. 

Quand elle tombe enceinte à 17 ans, sa mère la chasse et Valérie Bacot ne voit son salut que dans une installation avec "Dany". Mais à la violence physique "quotidienne, usuelle", selon Valérie Bacot, s'ajoute la prostitution que son mari lui impose à l'arrière de la 806 familiale, tout en lui donnant des "instructions" par l'intermédiaire d'une oreillette pour mieux satisfaire le client. "J'ai souhaité fuir mille fois", assure Valérie Bacot. Mais elle craint de ne pouvoir échapper à son mari violent, qui la menace régulièrement avec un pistolet.

Lire aussi

Le déclencheur sera la peur que sa fille Karline subisse le même sort quand, à 14 ans, elle avoue à sa mère que son père lui a demandé "comment elle était sexuellement". Le 13 mars 2016, après une énième passe à l'arrière de la 806, elle s'empare du pistolet que son mari gardait dans le véhicule et lui tire une balle dans la nuque. La légitime défense ne pourra dès lors pas être invoquée : ce dernier était au volant, lui tournant le dos. Mais les avocates de l'accusée feront valoir les "violences extrêmes subies pendant près de 25 ans et sa peur de les voir se perpétuer à l'encontre de sa propre fille". Cela a "conduit" Valérie Bacot, "de manière inexorable, au passage à l'acte", plaident Janine Bonaggiunta et Nathalie Tomasini. Ces deux avocates avaient déjà défendu Jacqueline Sauvage, condamnée pour avoir tué son mari, puis graciée en 2016.

Écharpe ocre sur veste noire, l'accusée n'a pas fait de commentaire à son arrivée ce lundi au palais de justice de Chalon-sur-Saône. Elle comparaît libre après avoir été placée sous contrôle judiciaire fin 2018. L'accusée doit témoigner lundi matin. Le procès est prévu jusqu'à vendredi.

Suivez le procès en temps réel avec notre journaliste sur place : 

Suivez le procès de Valérie Bacot en direct dans le fil ci-dessus.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés repasse au-dessus de la barre des 7000

Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France remonte, après l'or d'Agbégnénou

EN DIRECT - Vaccination : Olivier Véran a administré sa deuxième dose à Olivia Grégoire, enceinte

Covid-19 : face à l'explosion des cas, la Haute-Corse prend de nouvelles mesures restrictives

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.