Enlèvement de Mia : sa mère a été extradée vers la France

Le procureur d'Épinal Nicolas Heitz après une conférence de presse sur l'affaire Mia, le 16 avril 2021.

JUSTICE - La mère de Mia, qui avait commandité l'enlèvement de sa propre fille de 8 ans dont elle n'a plus la garde, a été extradée vendredi par la Suisse, où elle avait été arrêtée dimanche.

L'annonce de la justice suisse est tombée en début d'après-midi : la mère de la petite Mia, qui avait commandité l'enlèvement de sa fillette, âgée de 8 ans, a été extradée ce vendredi vers la France, en compagnie d'un ressortissant français, surnommé "Roméo" qui l'avait aidée. "Elles ont été remises aux autorités françaises vers 11 h 00", aux postes-frontières de Thônex-Vallard, près de Genève, et de Bâle/Saint-Louis, dans le nord-ouest de la Suisse, a indiqué l'Office fédéral de la Justice (OFJ) dans un courriel envoyé à l'AFP. "Les opérations se sont déroulées sans incident", a-t-il ajouté.

Toute l'info sur

La petite Mia, 8 ans, retrouvée en Suisse

Lola Montemaggi, 28 ans, est ensuite arrivée à la cité judiciaire de Nancy peu avant 15 h 00, a confirmé son avocat, Me Stéphane Giuranna. "Trois personnes dont Roméo et la mère de l'enfant vont être présentées devant le juge d'instruction de la Jirs (Juridiction interrégionale spécialisée)", a indiqué, dans un court communiqué, le procureur de la République de Nancy, François Pérain. Selon l'Est Républicain, la troisième personne présentée au juge a été interpellée sur le sol français et "devrait être mise en examen pour l'association de malfaiteurs, mais pas pour l'enlèvement".

Un sixième homme recherché

Mia avait été retrouvée saine et sauve dimanche dans un squat de la commune de Sainte-Croix (canton de Vaud), avec sa mère, qui tentait de gagner la Russie, selon des éléments dévoilés par François Pérain, désormais chargé du dossier géré par la Jirs. Dès le lendemain du rapt, le procureur de la République d'Epinal, Nicolas Heitz, avait expliqué que Lola Montemaggi avait perdu la garde de sa fille en janvier et qu'elle n'avait pas répondu aux convocations de la justice depuis. Ayant voulu scolariser son enfant à domicile, ce qui lui avait été refusé, elle faisait montre d'une "position de rejet de la vie en société", avait-il indiqué.

Âgés de 23 à 60 ans, les cinq hommes ayant organisé le kidnapping, sous le nom de code "Opération Lima", sont poursuivis pour "enlèvement en bande organisée d'une mineure de (moins de) quinze ans et association de malfaiteurs". Quatre d'entre eux ont été placés en détention. Le cinquième a été placé sous contrôle judiciaire. Interrogé par France Télévisions, l'homme, qui a attendu dans une voiture avec la mère de Mia qu'il ne connaissait pas auparavant, a expliqué qu'elle lui avait dit que "son droit de visite n'aurait pas été respecté". Il a estimé que c'était "inadmissible de séparer une enfant d'une mère".

Lire aussi

Un mandat d'arrêt international a par ailleurs été lancé mardi à l'encontre de Rémy Daillet, figure du mouvement complotiste résidant en Malaisie, soupçonné d'avoir contribué à l'organisation de l'enlèvement de Mia. Selon un responsable de la police malaisienne, Kuala Lumpur est prêt à coopérer avec la France sur cette enquête, malgré l'absence d'accord d'extradition entre les deux pays.

Mia a été remise lundi à sa grand-mère maternelle, qui a été désignée "tiers de confiance" par la justice.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle forte baisse du nombre de patients hospitalisés en réanimation

"Mes choix sont toujours guidés par une seule idée, le bien de l'équipe de France", assure Didier Deschamps

Les variants sont-ils créés par les vaccins, comme l'affirme un ancien prix Nobel ?

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : la France dépose une résolution à l'ONU pour un cessez-le-feu

19h, 21h, 23h... Les dates à retenir d'ici la levée du couvre-feu cet été

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.