Féminicide à Mérignac : des "défaillances" dans le suivi du conjoint violent, selon la mission d'inspection

Féminicide à Mérignac : des "défaillances" dans le suivi du conjoint violent, selon la mission d'inspection

ERREURS - Dans un rapport d'étape, la mission d'inspection diligentée après le féminicide de Mérignac a mis en avant une "suite de défaillances" dans le suivi du tueur présumé.

Des insuffisances qui ne pardonnent pas. Selon les premiers résultats de la mission d'inspection, annoncés conjointement par les ministres de la Justice et de l'Intérieur, il ne fait aucun doute qu'il y a eu "une suite de défaillances" dans le suivi de l'homme à l'origine du meurtre. "La mission doit se poursuivre pour caractériser ces dysfonctionnements et proposer les initiatives propres à y remédier", ajoute le communiqué publié ce mercredi. Le rapport définitif "devrait être remis le 10 juin" et ses "conclusions rendues publiques".

Toute l'info sur

Féminicide : une mère de famille brûlée vive à Mérignac

La semaine dernière, un homme condamné à une peine de prison aménagée pour violences conjugales avait tiré sur sa femme avant de la brûler vive en pleine rue de Mérignac. Le meurtrier présumé, un homme âgé de 44 ans, a poursuivi dans la rue sa femme, mère de trois enfants. Après lui avoir tiré plusieurs coups de feu dans les jambes, il l'a aspergé d'un liquide inflammable. L'individu a ensuite immolé sa victime âgée de 31 ans, alors toujours en vie. 

Lire aussi

Ce drame a horrifié l'opinion publique et relancé les questions autour des mesures de protection des femmes victimes de violences conjugales. L'auteur des faits avait déjà été condamné à 18 mois de prison dont neuf avec sursis pour "violences volontaires par conjoint" en récidive en juin 2020. En mars 2021, la femme avait porté plainte au commissariat de Mérignac contre son conjoint mais celui-ci, non-équipé d'un bracelet anti-rapprochement, était demeuré introuvable. Il s'était pourtant ensuite présenté deux fois aux convocations de l'administration pénitentiaire sans être inquiété. 

Dans la foulée de ce meurtre, une mission d'inspection avait été mise en place pour étudier, notamment, les conditions de remise en liberté et de suivi du tueur présumé. Ce dernier a été mis en examen dans la nuit du 6 au 7 mai dernier pour "des chefs d'homicide volontaire par conjoint, destruction volontaire par incendie, violences volontaires sans ITT avec arme en récidive légale".

Écoutez ce podcast de l'émission 24H Pujadas qui est consacré à l'insécurité en France

Découvrez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

Sur APPLE PODCAST 

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque jour, 24H Pujadas analyse l’actualité et le monde qui nous entoure. "Les Partis Pris" s’articule autour de plusieurs éditorialistes pour donner chacun dans leurs domaines de prédilections, leurs points de vue sur des sujets du moment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant Delta : "épée de Damoclès" au-dessus de l’embellie sanitaire en France

"Même infraction, même sanction" : après la gifle d'Emmanuel Macron, les policiers montent au créneau

REVIVEZ - Turquie-Italie (0-3) : la Squadra Azzura réussit ses débuts à l'Euro

Un prix Pulitzer spécial pour Darnella Frazier, qui avait filmé le meurtre de George Floyd

EN DIRECT - Covid-19 : la France repasse sous le seuil des 2200 patients en réanimation

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.