Féminicide de Mérignac : le mari de la victime mis en examen pour homicide volontaire

Féminicide de Mérignac : le mari de la victime mis en examen pour homicide volontaire

JUSTICE - Mounir B., 44 ans, a été mis en examen dans la nuit de jeudi à vendredi pour homicide volontaire notamment. Le 4 mai, le mis en cause avait tiré à sur sa compagne avec une arme à feu avant de l'asperger d'essence et de l'immoler.

Un peu plus de 48 heures après son interpellation non loin des lieux du drame,  Mounir B., Franco-algérien de 44 ans, accusé d'avoir immolé sa femme par le feu le 4 mai à Mérignac, a été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint et placé en détention provisoire, a annoncé le parquet de Bordeaux vendredi.

Mounir B., multirécidiviste, a été mis en examen "des chefs d'homicide volontaire par conjoint, destruction volontaire par incendie, violences volontaires sans ITT avec arme en récidive légale", un dernier point lié au fait qu'il a menacé un voisin qui tentait de porter secours à la victime, a-t-on précisé de même source.

Toute l'info sur

Féminicide : une mère de famille brûlée vive à Mérignac

Lire aussi

L'homme déjà emprisonné pour violences conjugales en 2020, a poursuivi sa femme, Chahinez mère de trois enfants, qu'il guettait depuis le matin. Il lui a tiré plusieurs coups de feu dans les jambes puis l'a aspergée d'un liquide inflammable alors qu'elle était encore en vie et l'a immolée par le feu. Le suspect a ensuite incendié le domicile de la victime, âgée de 31 ans.

La victime avait déposé une nouvelle plainte mi-mars

Y a-t-il eu des failles ? Le drame aurait-il pu être évité ?  Les ministères de la Justice et de l'Intérieur ont déclenché une mission d'inspection qui devra notamment étudier les conditions de remise en liberté et le suivi de l'homme qui purgeait une peine de prison avec sursis. 

Mounir B. avait été condamné le 25 juin 2020 à Bordeaux à 18 mois de prison dont neuf avec sursis pour "violences volontaires par conjoint" en récidive, sur son épouse.

Le 15 mars, Chahinez avait porté plainte au commissariat de Mérignac contre son conjoint pour une nouvelle agression. Mais l'homme, recherché par la police, était resté "introuvable". Après cette plainte pourtant, Mounir B. a été reçu par le service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP) de Gironde, une première fois le 26 mars, une seconde le 14 avril.

Découvrez le podcast Chroniques Criminelles, et plongez au cœur des affaires les plus étonnantes de l’histoire judiciaire

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Disparitions inquiétantes, crimes passionnels,  ou machinations diaboliques… Découvrez les secrets des faits-divers les plus marquants. Tueurs en série, amants démoniaques, tous pensaient avoir commis le crime parfait. Mais tous, sont aujourd’hui derrière les barreaux. Qui sont ces meurtriers ? Et comment les policiers sont-ils parvenus à les confondre ? La découverte de la vérité ne tient parfois qu’à un fil… Grâce aux témoignages de tous les protagonistes, des enquêteurs aux familles des victimes, Jacques Pradel vous fait revivre ces enquêtes incroyables, riches en rebondissements et en émotions…

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

EN DIRECT - Olivier Véran : "Le pass sanitaire, nous y mettrons fin à la minute où nous le pourrons"

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Manifestations contre le pass sanitaire samedi dans toute la France: à quoi s'attendre?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.