Yonne : une femme de 32 ans abattue, son ex-compagnon mis en examen

Yonne : une femme de 32 ans abattue, son ex-compagnon mis en examen

FÉMINICIDE - Une jeune femme de 32 ans a été tuée par balles vendredi après-midi à Monéteau (Yonne) par son ancien compagnon, déjà connu de la justice pour violences conjugales, a indiqué le procureur de la République d'Auxerre Hugues de Phily.

Une jeune femme de 32 ans a été abattue par son ancien compagnon, vendredi 11 juin dans l’après-midi à Monéteau dans l’Yonne. "La femme est décédée. Le tireur présumé a été interpellé par la police municipale, puis remis aux gendarmes qui l'ont immédiatement placé en garde à vue", avait précisé le procureur de la République d'Auxerre, Hugues de Phily. L'homme a été mis en examen pour assassinant et placé en détention provisoire, a appris dimanche LCI auprès du parquet.

Le féminicide a eu lieu sur un parking public, dans le centre-ville de cette commune résidentielle de quelque 4.000 habitants, située au nord d'Auxerre, peu avant 16h. D'après des témoins alertés par les coups de feu et cités par la radio France Bleu, l'homme âgé de 34 ans aurait tiré deux fois sur son ex-compagne, puis une troisième fois dix minutes plus tard. Le couple a deux jeunes enfants de 18 mois et 5 ans.

Le suspect connu pour des violences conjugales

Au début de l'année, la jeune femme avait déposé plainte contre son ancien compagnon qui n'a jamais été poursuivi ni condamné. Plusieurs plaintes avaient aussi été déposées en juin et août 2019 pour des violences conjugales. L'homme avait alors fait l'objet d'une composition pénale, une alternative à des poursuites judiciaires, pour laquelle il avait dû suivre un stage de sensibilisation aux violences conjugales, a expliqué le procureur. Puisque la procédure avait été respectée, l'affaire avait récemment été classée sans suites.

Mais, ni la justice ni les forces de l'ordre n'avaient estimé que l'homme pourrait en venir à de telles extrémités. "Jusque-là, nous n'avions pas de signal alarmant nous permettant de penser que son ex-compagnon en voulait à sa vie", a dit Hugues de Phily. "Nous allons regarder avec minutie quels avaient été les signaux précédents et quelles réponses avaient été apportées", a-t-il ajouté. La victime avait, d'ailleurs dit aux gendarmes qu'elle n'avait pas besoin d'être accompagnée.

Lire aussi

Selon nos informations, après ce meurtre à l'arme de chasse, l'homme a tenté de la retourner contre lui pour se suicider. Il manquera son geste avant d’être interpellé par la police municipale qui l’a remis à la gendarmerie. Une enquête est ouverte pour assassinat et confiée à la brigade de recherche d’Auxerre.

La jeune femme avait fréquenté l'association d'aide aux victimes de violences conjugales ADAVIRS. Le collectif féministe Nous Toutes a d'ailleurs rappelé que ce meurtre était le 52ᵉ féminicide depuis le 1er janvier 2021. 

Stade ultime des violences subies par plus de 200.000 femmes par an, les féminicides avaient connu en 2019 une forte augmentation, avec 146 décès recensés (25 de plus qu'en 2018). En 2020, selon les chiffres du ministère de la Justice, 90 femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Trois choses à savoir sur Novavax, le nouveau vaccin dont vous entendrez bientôt parler

EN DIRECT - Covid-19 : Londres supprime la quarantaine obligatoire pour les voyageurs vaccinés venant de France métropolitaine

Extension du pass sanitaire : les points que le Conseil constitutionnel pourrait censurer

Ile de Ré : menacés d'expulsion, ces propriétaires de mobil-homes ont le sentiment de "faire tache"

The Offspring se sépare de son batteur qui ne s’est pas fait vacciner pour raisons médicales

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.