Femme immolée par le feu dans un bus de Noisy-le-Sec : l'agresseur toujours en fuite

Femme immolée par le feu dans un bus de Noisy-le-Sec : l'agresseur toujours en fuite

FAITS DIVERS - L'auteur de l'agression d'une femme avec du liquide inflammable dans un bus à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, samedi 6 mars, est toujours en fuite. Une enquête a été confiée à la police judiciaire.

Les forces de l'ordre recherchent toujours la trace de l'homme qui a agressé une femme avec du liquide inflammable samedi 6 mars à bord d'un bus à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Un autre homme, qui avait été suspecté peu après les faits et placé en garde à vue dimnche 7 mars, a été remis en liberté, a indiqué le parquet de Bobigny.

La veille, une femme de 54 ans a été blessée après avoir été aspergée de liquide inflammable à bord d'un bus par un homme qui lui a mis le feu avant de s'enfuir. La victime a été brûlée au niveau du visage, du cuir chevelu et du cou, mais ses jours ne sont toutefois pas en danger. Le compagnon de la victime lui avait immédiatement porté secours, aidé par le chauffeur de bus qui avait éteint le feu grâce à un extincteur, comme l'a relaté une source policière. Tous deux ont été légèrement blessés.

"Il semble que l'on soit face à l'acte totalement gratuit d'un déséquilibré. Il n'y a, a priori, aucun lien entre cette femme, qui ne vit d'ailleurs pas dans le département, et son agresseur", rapportait alors une source policière. "Tous les moyens sont mobilisés pour retrouver les auteurs de cette odieuse agression", avait tweeté de dimanche matin la Préfecture de police de Paris.

L'enquête pour tentative d'homicide volontaire a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter