Haine anti-asiatique : 9 jeunes jugés pour des tweets racistes

Haine anti-asiatique : 9 jeunes jugés pour des tweets racistes

JUSTICE - Les faits se sont déroulés au moment de l'annonce du second confinement par Emmanuel Macron, en octobre 2020 sur le réseau social Twitter.

Un déferlement de haine sur les réseaux sociaux qui se termine au tribunal. Le 28 octobre 2020, alors qu'Emmanuel Macron est en plein discours annonçant un deuxième confinement, des messages se répandent sur Twitter appelant à s'en prendre directement, certains physiquement, aux "Chinois", accusés de transmettre ou d'avoir un lien avec le coronavirus.

Une enquête est alors diligentée par le parquet afin de lever l'anonymat de plusieurs comptes ayant publié des propos haineux. Parmi eux, 9 jeunes sont identifiés et convoqués devant la justice pour avoir appelé à la haine à l'encontre de la communauté asiatique en général. Le procès de 5 d'entre eux se tenait mercredi. Quatre autres personnes, mineures au moment des faits, devront comparaître ultérieurement devant un tribunal adapté à leur âge.

Aucun des cinq prévenus, âgés de 19 à 25 ans, n'a d'antécédents judiciaires. Seul l'un d'entre eux est assisté d'un avocat. Ce sont plus des jeunes sans histoire et bien sous tous rapports, insérés, en école d'ingénieur ou à Sciences Po. Ils ne nient la gravité des faits, ni la publication des tweets injurieux. La plupart disent avoir suivi le mouvement, "sans réfléchir", dit l'un d'eux, vu des tweets similaires et ont continué dans le même sens. 

La procureure qui fait partie du Pôle national de lutte contre la haine en ligne a été obligée de rappeler que "les mots qu'on emploie sur internet ne sont pas anodins" et ont "un impact". "Entre les mots et les actes, la frontière est poreuse et cet usage dévoyé des réseaux sociaux est dangereux", souligne-t-elle. Ce procès a pour elle une "valeur pédagogique", elle réclame "un stage de citoyenneté" pour les cinq prévenus.

Les avocats des parties civiles réclament, eux, des dommages et intérêts pour les associations qu'ils représentent. Un seul avocat réclame de la prison. Le jugement sera rendu le 26 mai prochain.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

Policier tué à Avignon : le collègue d'Eric Masson présent lors du meurtre reconnaît formellement le principal suspect

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.