"Haurus", l'ex-agent de la DGSI qui vendait des données sur le darknet, jugé jusqu'à vendredi

logo dgsi

JUSTICE - Un ancien policier, agent de la DGSI, qui travaillait dans une unité antiterroriste, est jugé depuis ce mardi matin et jusqu'à vendredi à Nanterre pour avoir vendu sur le darknet des informations confidentielles issues de fichiers de police protégés.

L'appât du gain semble avoir été sa motivation. Et pour renflouer les caisses, il monnayait sur le darknet des données confidentielles permettant d'identifier et de retrouver à peu près n'importe qui. Ce mardi a débuté devant le tribunal correctionnel de Nanterre le procès de "Haurus", un ancien agent de la DGSI qui vendait des informations issues de fichiers de police protégés.

Baskets blanches, jean et chemise, cet homme de 35 ans, qui travaillait dans une unité antiterroriste de la Direction générale de la sécurité intérieure, était présent mardi matin à l'ouverture de l'audience au tribunal correctionnel, aux côtés de quatre autres prévenus. Grâce à son accès aux fichiers de police et sous le pseudonyme de "Haurus", il pouvait transmettre sur le darknet, contre plusieurs centaines d'euros, l'identité complète de tout individu : adresses, géolocalisations téléphoniques, etc. 

Lire aussi

Des recherches sur des personnalités

Selon l'accusation, Haurus aurait effectué 382 recherches illégitimes. Certaines d'entre elles visaient des personnalités comme l'ex-footballeuse Laure Boulleau, l'animateur Thierry Ardisson, l'islamologue suisse Tariq Ramadan et une des femmes qui l'accusent de viol. Ces deux dernières personnes se sont portées parties civiles.

"Haurus" est également jugé pour avoir effectué un véritable travail de faussaire, fournissant faux documents d'identité, relevés d'identité bancaire, chèques ou encore numéros de carte bleue, fabriqués de toutes pièces ou subtilisés. Il risque dix ans de prison.

Sont également prévenus dans cette affaire son compagnon, accusé d'être son complice, deux faussaires du darknet et deux de ses clients : un détective privé et un homme trempant dans le milieu du grand banditisme marseillais, déjà écroué dans une autre affaire.

Plusieurs "commandes" de ce dernier sont particulièrement étudiées par la justice, deux hommes ayant été assassinés à Marseille après des recherches de Haurus à leur sujet. Ce volet de l'affaire a valu à Haurus une autre mise en examen, à Marseille, pour corruption passive et association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes en bande organisée.

À Nanterre, le procès est prévu jusqu'à vendredi. L'audience a commencé mardi matin par un long rappel des faits avant d'être suspendue. Le délibéré devrait être connu à la rentrée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Macron et Biden promettent de restaurer la "confiance", abîmée par la crise des sous-marins

EN DIRECT - Covid-19 : 59 décès en 24 heures, 1656 patients toujours en soins critiques

Covid-19 : à moins d'un mois de sa mise en place, le déremboursement des tests vire au casse-tête

Crise des sous-marins : la surprenante lettre envoyée par l'Australie à la France

Covid-19 : l'épidémie devrait redémarrer "cet automne", prévient Arnaud Fontanet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.