Ile-de-France : plusieurs organisateurs de soirées clandestines au tribunal

Ile-de-France : plusieurs organisateurs de soirées clandestines au tribunal

JUSTICE – Trois personnes, une association et une société sont jugées ce mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir organisé des fêtes à Paris, dans le Val-d’Oise et en Seine-Saint-Denis pendant le confinement.

Dans des hangars, sous des ponts, des anciennes carrières désaffectées… L’association vitrine "Feel Free Records" est dans le viseur de la police depuis plusieurs mois, mais tout s’est accéléré avec le confinement et la situation sanitaire qui s’est dégradée. À sa tête, un homme de 27 ans soupçonné d’avoir organisé à grande échelle des rave parties en région parisienne. L’enquête a établi, selon nos informations, qu’en 18 mois d’activité, au moins 22 "fêtes alternatives" ont été recensées. Avec un chiffre d’affaires de plus de 150.000 euros. Et un bénéfice, non déclaré, de près de 60.000 euros pour le principal mis en cause, un graphiste titulaire d’un master de stratégie digitale, passionné de musique électronique et d’exploration de lieux insolites. 

C’est lui qui aurait réuni fin septembre à La Courneuve en Seine-Saint-Denis un millier de personnes dans un hangar de 6.000 m². La scène et les bars avaient été fabriqués avec des palettes de bois. Les policiers de la ville avaient relevé des risques "notoires" d’incendie. Des anciennes carrières désaffectées du Val-d’Oise avaient aussi servi de décor pour Halloween, plusieurs intoxications au monoxyde de carbone ayant d’ailleurs été déplorées parmi le demi-millier de fêtards présents. 

La dernière soirée remonte à la nuit du 21 au 22 novembre dernier : 600 personnes au milieu d’un tunnel ferroviaire de 2 km, le long de l’ancienne petite ceinture parisienne dans le 13e arrondissement, plusieurs feux de camp sur le trajet, "au mépris des précautions sanitaires", selon une source proche de l’enquête. 

Une activité "bénévole" ?

La réussite de ces soirées reposait essentiellement sur une promotion importante sur les réseaux sociaux et la pré-vente des places assurée par une autre société spécialisée dans la billetterie électronique. Les " teufeurs" recevaient en début de soirée un mail avec les coordonnées GPS du lieu de la soirée. Chez les grands-parents du principal organisateur, en pleine campagne, les policiers ont retrouvé des décors, des amplificateurs, des enceintes professionnelles, des machines à fumée, laser mobile, des boules à facette… Du cannabis a aussi été saisi à son domicile. En fin de garde à vue, l’homme a reconnu être l’organisateur de ces soirées. Mais selon lui, il s’agissait d’une activité bénévole, désintéressée et engagée au profit de la jeunesse. 

Lire aussi

Lui, le dirigeant de la société de billetterie ainsi qu’un fournisseur de matériel de sonorisation vont être jugés ce mardi après-midi devant la 15e chambre correctionnelle de Bobigny (Seine-Saint-Denis) notamment pour mise en danger de la vie d’autrui, travail dissimulé, ouverture de débits de boisson et pour plusieurs infractions relevant de la réglementation sur la sécurité des établissements recevant du public ainsi que pour les multiples violations du confinement.

Le principal mis en cause est aussi soupçonné d’abus de confiance et de blanchiment d’argent. Dans l’attente de leur procès, ils ont tous été placés sous contrôle judiciaire, avec interdiction d’exercer une activité en relation avec un événement musical ou festif. Sollicités par LCI, le principal mis en cause ainsi que son association n’étaient pas joignables dans l’immédiat n’étaient pas joignables dans l’immédiat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de deux millions de morts dans le monde depuis le début de la pandémie

Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

Lire et commenter