Incendie mortel de Courchevel : le propriétaire de l'immeuble pointé du doigt

Incendie mortel de Courchevel : le propriétaire de l'immeuble pointé du doigt

FAIT DIVERS – Deux ans après que les flammes ont ravagé un immeuble dans la station de Savoie, faisant deux morts et 24 blessés, un rapport d'expertise accablerait le propriétaire.

De nombreuses familles de victimes l'avaient déjà mis en cause peu après les faits, mettant en avant des manquements de sa part. Ce lundi, les extraits du rapport d'expertise révélé par plusieurs médias sont accablants pour le propriétaire de l'immeuble Isba, à Courchevel en Savoie.

Il y a deux ans, le dimanche 20 janvier 2019 vers 4h30, le bâtiment abritant des travailleurs saisonniers dans la station de ski a pris feu au petit matin. Le bilan avait été très lourd : deux morts, 24 blessés, et de nombreux traumatisés parmi les 55 saisonniers qui logeaient là. 

Selon le rapport, l'immeuble construit dans les années 50, ne respectait par les normes incendie. "Il était même officiellement fermé depuis 10 ans après un arrêté municipal faisant suite à un avis défavorable de la commission de sécurité", précise RTL ajoutant que la commission "avait exigé des travaux de sécurisation"  mais qui n'ont "jamais été réalisés" et qui ont "favorisé la propagation des flammes la nuit du drame". 

Vers une mise en examen du propriétaire ?

Le propriétaire de l'Isba, déjà possesseur de plusieurs hôtels bars et restaurants à Courchevel, a acquis cet immeuble  en 2018 et aurait décidé d'y loger ses employés dans les 40 chambres réparties sur trois étages. "Sans aucune déclaration préalable comme l'oblige pourtant le code de l'urbanisme. Ce qui n'a pas permis à l'administration de prescrire de quelconques travaux et aménagements nécessaires à améliorer le niveau de sécurité du bâtiment", dénonce l'expert en sécurité incendie auprès de nos confrères.

 

Contacté par LCI,  parquet de Chambéry n'a pas souhaité faire de commentaire sur cette affaire pour le moment. Aucun communiqué n'est pas ailleurs prévu pour le moment. 

Lire aussi

Incendie criminel

En avril 2019, un homme de 22 ans suspecté d'être impliqué dans l'incendie qui a tué deux saisonniers, le 20 janvier, dans un immeuble de Courchevel (Savoie), a été mis en examen. Le jeune homme, qui était détenu à Perpignan depuis son interpellation début mars à la frontière franco-espagnole dans le cadre d'une autre affaire, avait été auditionné par les enquêteurs le 26 mars0 Originaire de La Grande-Motte, dans le département de l'Hérault où il résidait, ce ressortissant algérien en situation régulière était connu des services de police pour des faits liés au trafic de drogue.

La piste criminelle avait été "sérieusement examinée" immédiatement après cet incendie qui avait tué deux personnes et blessé une vingtaine d'autres, dimanche 20 janvier, à Courchevel 1850. Le feu s'était déclaré au deuxième étage d'un ancien hôtel où logeaient une soixantaine de saisonniers travaillant pour un groupe hôtelier, avant de se propager au troisième étage, où avaient été découverts deux corps.

Les deux saisonniers retrouvés morts sont une femme de 32 ans née à Mayotte et un homme de 50 ans originaire de Roubaix, tous deux employés dans des restaurants de cette station de sports d'hiver huppée. Les autopsies avaient conclu à "une mort par asphyxie".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : les Français réticents à utiliser le vaccin Moderna, dont on aura pourtant besoin pour la 3e dose

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

VIDÉO - Indonésie : l'éruption du volcan Semeru fait fuir des milliers d'habitants de Java paniqués

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.