INFO TF1/LCI - Le cambrioleur des beaux quartiers pris la main dans... la boîte aux lettres

INFO TF1/LCI - Le cambrioleur des beaux quartiers pris la main dans... la boîte aux lettres

FAIT DIVERS - Les enquêteurs le décrivent comme un "drogué" du cambriolage. D'après nos informations, un des rois parisiens présumés du fric-frac a été récemment arrêté par la Brigade de répression du banditisme (BRB). Sa spécialité : profiter de la naïveté d'habitants qui laissent leurs clefs dans leur boîte aux lettres.

Quand le "tuyau" est arrivé jusqu'à leurs oreilles, les policiers ont été à moitié surpris. Après quelques courts mois sous les verrous, le prince des boîtes aux lettres serait donc de retour dans les beaux quartiers de Paris. Dans les couloirs de la police judiciaire parisienne, dans les bureaux de la Brigade de répression du banditisme (BRB), nul n'en doutait vraiment. L'homme en question est devenu un de leurs fidèles "clients", un de ces voyous qui semblent incapables de lever le pied et de retrouver une vie normale. Un de ces "pros" du cambriolage pour qui l'appât du gain est la pire des drogues.

Mercredi 28 avril, les hommes de la BRB ont réussi à le cueillir en "flag", pris la main dans le sac après de longues surveillances. L'homme de 35 ans sortait tout juste d'un immeuble cossu du très chic Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), les poches remplies de bijoux volés, le plus tranquillement du monde. Difficile pour lui d'expliquer leur provenance, surtout avec un tel attirail dans son sac : une carte magnétique capable rentrer en un clin d'oeil dans n'importe quel immeuble muni d'un Digicode, une clef universelle multi-fonctions, un kit de "crochetage" de serrures de portes et de coffre-fort, des gants, un "parapluie" (une sorte de couteau suisse des cambrioleurs pour faire face aux serrures les plus sécurisées)... 

Mais un autre trousseau en sa possession fait vite comprendre aux limiers de la BRB que leur homme est resté fidèle à sa technique préférée, comme une signature : une vingtaine de clefs dites "pass PTT" (Poste Télégraphe et Téléphones), capables d'ouvrir n'importe quelle boîte aux lettres.

Laisser ses clefs ainsi, dans une vulgaire boîtes aux lettres, est terriblement inconscient- Un enquêteur

Car ce drogué du fric-frac n'aime pas utiliser la force. Son "talent" repose beaucoup sur l'imprudence totale de nombre d'habitants, persuadés que laisser leurs clefs d'appartement dans leur boîte aux lettres n'est d'aucun danger... Son mode opératoire, d'après l'accusation, serait donc toujours le même : dérober les clefs gentiment laissées par les propriétaires des lieux et s'introduire chez eux sans la moindre trace d'effraction. Une fois sur place, il n'aurait plus eu alors qu'à se servir, en bijoux, montres ou autres objets de valeur. 

Montant total du préjudice pour les cinq cambriolages à son compteur selon la BRB : 90.000 euros. La plupart du temps, les victimes, retrouvant leurs clefs, leur serrure en parfait état et tous leurs meubles parfaitement à leur place, mettent des jours entiers à comprendre qu'ils ont été "visités"... accusant ici ou là, et chaque fois à tort, une femme de ménage, un gardien d'immeuble...

"Laisser ses clefs ainsi, dans une vulgaire boîtes aux lettres, est terriblement inconscient",  confie un enquêteur qui traque ces accros au cambriolage depuis de longues années. "Les voyous sont malins et savent pertinemment que des propriétaires continuent à croire que personne n’aura l’idée de toucher à leurs clefs…"

"Il recommencera dès sa sortie de prison"

En garde à vue, le suspect a régulièrement été frappé d'amnésie, ayant bien du mal à fournir des explications. Ses rares arguments ont eu bien du mal à convaincre policiers et magistrats, donnant des versions jugées souvent "totalement fantaisistes". Il faut dire que l'homme, multi-récidiviste, est rompu aux interrogatoires. Sa dernière arrestation remonte seulement au mois de juillet 2020, déjà alors l’œuvre de la BRB. Le jour de son interpellation, ce passionné du casse était censé se rendre au tribunal pour entendre les juges se prononcer sur sa peine. Déjà pour des faits identiques. Une sale manie dont il avait pourtant promis à l'audience qu'elle était désormais de l'histoire ancienne.

Jugé hier vendredi 30 avril en comparution immédiate au tribunal judiciaire de Nanterre, le talentueux cambrioleur a demandé davantage de temps pour préparer sa défense. Il a été placé en détention provisoire en attendant une nouvelle audience. Mais les enquêteurs de la BRB en sont déjà  convaincus : leurs chemins risquent vite de se croiser à nouveau... "Il recommencera dès sa sortie de prison", admet lui-même un magistrat, agacé de voir ces accros du casse dans la nature peu de temps après s’être fait mettre les menottes aux poignets. "Les propriétaires d’appartements peuvent dès maintenant réfléchir à un autre endroit pour ranger leurs clefs."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La catastrophe se poursuit en Inde, près de 4000 décès et 412.000 contaminations au Covid-19 en 24 heures

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

Les brocantes et vide-greniers sont-ils maintenus ? Le 20H vous répond

Disney : le baiser de Blanche-Neige fait polémique

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.