Insécurité : les habitants d’Ile-de-France ont de moins en moins peur, selon une enquête

Insécurité : les habitants d’Ile-de-France ont de moins en moins peur, selon une enquête

ÉTUDE – En 2021, 45% des Franciliens interrogés déclarent avoir peur, un taux en baisse de 2,7 points par rapport à 2019, selon une enquête de l’Institut Paris Région, rendue publique ce jeudi.

Ils sont 8 000 âgés de 15 ans et plus à avoir accepté de répondre aux questions. Ce jeudi, la 11e édition de l'enquête "Victimation et sentiment d’insécurité" menée par l'Institut Paris Région a été rendue publique et les conclusions s'avèrent plutôt positives. 

À la suite des précédents résultats publiés en 2019 qui avaient mis en évidence une hausse des atteintes personnelles (vols sans violence, agressions) et des atteintes aux biens (cambriolages, vols de deux-roues…), cette nouvelle enquête montre, de manière générale, que la délinquance recule, ainsi qu'un sentiment de peur est moins ressenti chez les habitants d'Ile-de-France. 

Baisse des vols sans violence

La diminution est la plus marquée pour les vols ou les tentatives de vol sans violence : 10,3% des 8 000 personnes interrogées déclarent en avoir été victimes au moins une fois au cours des trois dernières années (2018, 2019 et 2020), contre 12,7% dans l’enquête précédente. La baisse est aussi significative pour les agressions "tout-venant" (7,0 %, contre 8,2 %). Seule la hausse des agressions sexuelles se confirme.

Les atteintes envers les biens des ménages s'avèrent, elles aussi, en baisse, concernant 32,0% des ménages interrogés en 2021, contre 39,4% deux ans plus tôt. Le recul est particulièrement marqué pour les dégradations ou destructions de véhicules (16,6% des ménages équipés, contre 21,7% en 2019), ainsi que pour les vols ou tentatives de vol à la roulotte (11,3%, contre 15,3%) et, dans une moindre mesure, pour les vols ou tentatives de vol de deux-roues, motorisés ou non (18,1%, contre 20,4%) et pour les vols ou tentatives de vol de voitures (6,6%, contre 8,7%).

En 2021, 45% des Franciliens interrogés déclarent avoir peur, un taux en baisse de 2,7 points par rapport à 2019. Parmi les craintes de la population, 19,5% disent redouter de sortir seul dans leur quartier le soir, un taux stable depuis 2017.

Recul de la crainte dans les transports en commun

L'enquête montre par ailleurs que les Franciliens redoutent moins d’être agressés ou volés dans les transports en commun que deux ans plus tôt. "L’amélioration est particulièrement marquée pour le train (-4,5 points) et le bus (-3,1 points). Pour autant, le classement des modes de transport les plus 'anxiogènes' reste inchangé, le RER arrivant en tête (30,2% des enquêtés y expriment de la crainte), suivi par le métro (29,2%), le train (19,8%), le bus (15,0%) et le tramway (13,0%)", indique l'étude. 

Lire aussi

Les rapporteurs précisent que "la baisse de la peur dans le RER et le métro concerne surtout ceux qui ne les prennent pas régulièrement". En effet, lorsque seuls les Franciliens déclarant prendre les transports en commun pour leurs trajets domicile-travail sont retenus, les taux de personnes signalant avoir redouté d’être agressées ou volées dans ces espaces de transport sont assez comparables à ceux observés deux ans plus tôt.

Si la présence des policiers dans la région est jugée "suffisante", en 2021, la délinquance se révèle la troisième priorité des Franciliens derrière la pauvreté et le chômage. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : Israël ferme ses frontières aux ressortissants étrangers

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.