Italienne tuée par une trottinette à Paris : la conductrice mise en examen

Italienne tuée par une trottinette à Paris : la conductrice mise en examen

DRAME - Deux semaines après l'accident de trottinette survenu voie Georges Pompidou à Paris ayant coûté la vie à une jeune Italienne de 31 ans, une femme a été mise en examen samedi 26 juin et placée sous contrôle judiciaire.

Une enquête avait été ouverte juste après les faits pour "homicide involontaire par véhicule terrestre à moteur aggravé par le délit de fuite". Samedi 26 juin une femme a été mise en examen du chef d'"homicide involontaire aggravé par deux circonstances (délit de fuite et manquement délibéré à une obligation de sécurité ou de prudence)", précise à LCI le parquet de Paris. L'intéressée a été placée sous contrôle judiciaire. 

Jeudi 24 juin, deux jeunes femmes avaient été interpellées à la suite de l'accident mortel survenu le 14 juin dernier voie Georges Pompidou, au niveau du Châtelet à Paris. Ce jour-là, vers 1h du matin, celles-ci se trouvaient à bord d'une trottinette quand elles ont percuté Miriam, serveuse italienne de 31 ans qui était avec une amie sur la voie dédiée aux circulations douces. La conductrice et sa passagère ont ensuite pris la fuite laissant la victime au sol. La trentenaire, prise en charge par la brigade fluviale de la Préfecture de police de Paris qui, par hasard, était non loin des lieux du drame puis par les secours, est décédée deux jours plus tard à l'hôpital où elle avait été admise en urgence. Un appel à témoins avait été lancé par la préfecture de police. 

Horreur dans l'horreur, quand elle était à terre et prise en charge par les secours, la victime s'est fait voler ses affaires personnelles...

Dix jours après les faits, deux suspectes avaient donc été identifiées. L'une d'elle a été interpellée à Noisy-le-Grand en Seine-Saint-Denis et l'autre à Villiers-sur-Marne dans le Val-de-Marne. Selon Le Parisien, les deux jeunes femmes ont été interpellées à leur domicile respectif à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne). Elles seraient infirmières, âgées d'environ 25 ans.

Jusqu'à 48 heures de garde à vue

Les deux auteures présumées sont actuellement entendues par les enquêteurs du service de traitement judiciaire des accidents de la préfecture de police de Paris (STJA). Leurs gardes à vue peuvent durer jusqu'à 48 heures. 

Lire aussi

Des perquisitions ont également été effectuées au domicile des deux jeunes femmes qui encourent jusqu'à 7 ans de prison et 100 000 euros d'amende.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Dans les trains longue distance, "99% des voyageurs contrôlés" ont un pass sanitaire

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.