"Je n’aurai pas peur d’envahir votre maison" : les arnaques au bitcoin de plus en plus violentes

"Je n’aurai pas peur d’envahir votre maison" : les arnaques au bitcoin de plus en plus violentes

CRYPTO-MONNAIE - Même si le Bitcoin est une monnaie virtuelle, elle suscite de plus en plus l’intérêt des réseaux criminels, notamment en France où son taux explose. Certains sont même prêts à utiliser la violence pour rafler le juteux jackpot.

Depuis quelque temps, les fourgons de banque et les bijouteries semblent avoir moins d’attrait pour les braqueurs. Trop dangereux, estiment-ils. Leur nouvelle passion s'appelle le Bitcoin. Une monnaie virtuelle dont le cours flambe en permanence. Ainsi, ces derniers mois, des pirates informatiques ont volé les données personnelles de milliers de détenteurs de cette crypto-monnaie. Des noms, des numéros de téléphone et des adresses qui sont désormais entre les mains de voyous.

Renaud Lifchitz, expert en cybersécurité, n'est pas surpris. Ces derniers jours, un Bitcoin valait près de 53.000 euros, c'est 12.000 fois plus que lors de son lancement il y a 10 ans, de quoi aiguiser l'appétit de nombreux gangsters. "Il y a énormément de fuites de données sur internet. Ces données-là peuvent être volées et ensuite revendues à des groupes mafieux qui savent en faire usage, en disant par exemple qu'ils ont votre adresse et qu'ils peuvent se présenter à votre domicile si vous ne payez pas une rançon", explique-t-il. 

Toute l'info sur

LE WE 20H

Des menaces physiques

Les détenteurs de Bitcoins sont bien sûr d'abord victimes d'arnaques. Beaucoup tombent dans le panneau après avoir reçu sur leur téléphone des messages crédibles, mais complètement malhonnêtes. Du type : "Nous sommes désolés, votre compte a été piraté. Merci de nous envoyer votre mot de passe. Votre argent sera en sécurité". Mais le ton monte de plus en plus. Fait inédit, des malfaiteurs jouent même désormais la carte des menaces physiques. On peut ainsi recevoir ce genre de messages : "Réfléchissez, ne faites pas d’erreurs. Je n’aurai pas peur d’envahir votre maison". Ou encore, "Je sais que vous habitez rue.... J’attends votre argent et je vous surveillerai jusque-là". 

Pour ne pas se laisser prendre au jeu de ces intimidations, la solution est peut-être à trouver du côté d'une clef USB qui sert à stocker les Bitcoins. Une sorte de coffre-fort numérique qui peut potentiellement contenir des millions d'euros. En cas de braquage, ses fabricants ont tout prévu : un code secret spécialement créé cachera votre fortune et fera croire aux hommes armés qui vous menacent que vous n'avez en fait que quelques euros. "Les braqueurs n'y verront que du feu puisqu'ils ne pourront pas savoir si c'est votre compte principal ou un compte totalement fictif. C'est une fonctionnalité expressément prévue pour effectivement éviter les extorsions et les braquages physiques dans lequel votre vie peut être mise en danger", avance Renaud Lifchitz.

Lire aussi

Pourtant, ces menaces sont souvent en fait un pur coup de bluff du fait de petits escrocs. Roman Leibovici, avocat pénaliste, le répète à ses clients victimes : surtout, ne versez pas un centime. "Il ne faut surtout jamais verser quoi que ce soit. Surtout ne pas répondre parce que la plupart du temps, même très généralement, il n'y a jamais de suite qui sont donnés à ces mails. Tout simplement parce que les escrocs n'ont pas de temps à perdre non plus à essayer d'embêter plus encore leurs victimes. Ce sont simplement des menaces qui ne seront jamais suivies d'effets", insiste-t-il.

Ces cyber-braqueurs sont pour la plupart des fantômes, souvent cachés à l'étranger. Résultat, la police a un mal fou à les arrêter et à stopper leur faim sans limite pour ce jackpot 2.0.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - Escalade au Moyen-Orient : le Conseil de sécurité de l'ONU réduit au silence par les États-Unis

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Mort de Michel Fourniret : "Il était incapable de donner des informations", réagit le père d'Estelle Mouzin

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.