Castex et Darmanin attendus à Beauvais ce vendredi : retour sur plusieurs nuits de violences

Castex et Darmanin attendus à Beauvais ce vendredi : retour sur plusieurs nuits de violences

FAIT DIVERS – Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur sont attendus vendredi à Beauvais dans l'Oise où depuis dimanche, les nuits ont été le théâtre de violences dans deux quartiers de la ville.

Des tirs d'artifices et de mortier, des poubelles et des véhicules incendiés, du mobilier urbain dégradé, des insultes et menaces, trois policiers blessés et des pompiers pris à partie. Depuis dimanche, deux quartiers de Beauvais (Oise), Saint-Jean et Argentine, sont le théâtre de violences nocturnes répétées. Mardi dernier, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, après que la sollicitation de la maire de la Ville Caroline Cayeux, a envoyé un renfort de 64 CRS dans ces quartiers. 

Ce vendredi, il doit effectuer un déplacement dans la ville aux côtés de Jean Castex. Avant leur venue, LCI refait la chronologie des événements dont une partie a été filmée.

Toute l'info sur

Le 20h

Lire aussi

Tout a commencé dans cette ville de l'Oise dimanche 28 février vers 20h30. Les policiers ont été appelés pour un incendie de véhicule. Sur place, une vingtaine d’individus se montrent hostiles et lancent à leur endroit des mortiers d’artifice. Trois policiers ont été légèrement blessés. L’équipage a alors appelés des renforts, qui, dès leur arrivée, ont reçu divers projectiles, notamment des mortiers d’artifice. Les policiers ont riposté avec des grenades lacrymogènes et sont parvenus à disperser les individus présents. Le retour au calme a été constaté vers 23 heures. "Un mineur de 16 ans a été interpellé ce jour-là et placé en garde à vue. Celle-ci a été levée lundi, sa participation aux faits de dimanche soir n’ayant aucunement pu être établie par l’enquête", indique le parquet de Beauvais à LCI. 

Des violences chaque soir

Lundi 1er mars, vers 19 heures, une patrouille de police a reçu un jet de pierre sur sa voiture alors qu'elle se trouvait avenue Jean Moulin. Les policiers ont ensuite constaté qu’une trentaine d’individus s'étaient retrouvés rue d’Anjou, devant un foyer de travailleurs. Afin d’empêcher l’intervention des forces de l’ordre et de leur barrer l’accès au foyer, des poubelles ont été  incendiées et utilisées pour monter des barricades. Trois véhicules ont été également incendiés.

Mardi 2 mars, malgré l'arrivée d'un renfort de 64 CRS, de nouveaux tirs d'artifices ont été constatés dans les quartiers concernés par les incidents.

Mercredi 3 mars, vers 00h30 dans le quartier de la Soie Vauban, des policiers ont été une nouvelle fois la cible d’une dizaine d’individus qui ont utilisé des tirs des mortiers d’artifice. Selon plusieurs sources policières, il n'y a eu ni dégradation ni blessé.

Le parquet de Beauvais précise ce jeudi qu'il n'y a pas eu d'autres interpellation depuis dimanche. "Les investigations se poursuivent aux fins d’identification des auteurs des différents faits".  

"Nous ne tolèrerons pas de désordre"

Selon la maire de Beauvais, Caroline Cayeux, ces événements sont liés aux opérations antidrogues menée par les forces de l'ordre au cours des dernières semaines. "Il y a une trentaine d'énergumènes qui sont gênés par les opérations anti-drogues. On dérange les dealers, on le fait en partenariat avec le préfet et les forces de l'ordre", déclarait-elle à LCI mercredi matin

Elle ajoutait : "Gérald Darmanin que nous avons contacté dès les premiers jours nous a envoyé des effectifs supplémentaires en 24 heures. 60 CRS supplémentaires étaient présents mardi soir pour calmer le jeu et montrer que la République doit être respectée et que nous ne tolèrerons pas de désordre". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

Lire et commenter