Tribune des 3000 magistrats : "L'effort pour réparer la justice n'est pas terminé", répond Éric Dupond-Moretti

Tribune des 3000 magistrats : "L'effort pour réparer la justice n'est pas terminé", répond Éric Dupond-Moretti

INTERVIEW - Dans une tribune publiée ce mardi dans "Le Monde", 3 000 magistrats ont interpellé le gouvernement sur leurs mauvaises conditions de travail. Ce jeudi, invité sur le plateau de LCI, Éric Dupond-Moretti leur répond et annonce qu'il recevra vendredi des signataires.

Après le suicide d'une collègue, 3 000 magistrats ont lancé un cri d'alerte. Qu'ils soient juges correctionnels ou substituts, tous ont dénoncé dans une tribune publiée dans le Monde, mardi 23 novembre, la dégradation de leurs conditions de travail et le manque pour mener à bien leurs dossiers.

Invité sur le plateau de LCI ce jeudi, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti recevra une partie de ces juges signataires vendredi, arguant “qu’il faut toujours écouter la base qui dit son malaise et son mal-être (...) Il se dégage de cette tribune, une difficulté presque existentielle", admet le ministre qui dégage trois points, "la question des moyens, celle de la considération qui se délite envers les magistrats et la question organisationnelle."

Toute l'info sur

L'interview Politique

"Je veux ce dialogue avec les magistrats"

"Je me suis battu pour mettre sur la table un budget historique", poursuit-il. "On avait une impérieuse nécessité d’intervenir vite parce qu'il y avait urgence. On a embauché 650 magistrats, 850 greffiers et j'ai envoyé dans les juridictions 2 000 assistants (...) Mais cet effort n'est pas terminé", assure le ministre, visé aujourd'hui par cette tribune. "Nous travaillons à toutes ces questions aussi pendant ces États-généraux de la justice - lancés le 18 octobre et qui dureront 5 mois. Je veux ce dialogue avec eux." 

Lire aussi

Ces États généraux avaient été réclamés début juin par les deux plus hauts magistrats de France, Chantal Arens, première présidente de la Cour de cassation, et François Molins, le procureur général près la Cour de cassation, inquiets des "mises en cause systématiques de la justice".  Le malaise avait été exacerbé par une manifestation en mai de policiers devant l'Assemblée nationale qui criaient au laxisme des juges : "À ce moment-là, je suis le seul à monter sur la barricade ou l'un des seuls, (le seul) à défendre la justice et à la défendre de façon républicaine", déclare-t-il. 

Ce jeudi, Éric Dupond-Moretti indique qu'une "inspection de fonctionnement" a été lancée pour connaître les  “causes professionnelles” ayant amené au suicide d'une magistrate, en août dernier.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 12.096 personnes hospitalisées dont 2191 en soins critiques

Présidentielle 2022 : blessé au poignet en début de meeting, Éric Zemmour porte plainte

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Protocole sanitaire de niveau 3 à l'école primaire : ce que ça change

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.