Les caméras-piétons, censées apaiser les relations entre la police et la population, sont-elles efficaces ?

Les caméras-piétons, censées apaiser les relations entre la police et la population, sont-elles efficaces ?

REPORTAGE - Comment apaiser les relations entre la police et la population ? L’une des réponses est de multiplier l’usage des caméras-piétons. À Lille, elles sont utilisées depuis deux mois. Nous avons suivi une brigade de la BAC et de police secours pour savoir leur efficacité.

Les caméras-piétons pour les policiers et les gendarmes sont utilisées depuis des années dans plusieurs pays étrangers, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni, filmant les contrôles effectués par les forces de l’ordre. L’idée étant d’éviter les incidents et, en cas de contrôle contesté, de pouvoir confronter les versions des faits. En France, une nouvelle génération de caméras-piétons ont été déployées début juillet auprès de 2.000 patrouilles pour commencer. Ces caméras sont dotées "de dispositifs techniques permettant de garantir l'intégrité des enregistrements et la traçabilité des consultations".

Toute l'info sur

Le 20h

Quid de leur efficacité deux mois après leur apparition dans l'Hexagone ? Pour répondre à cette question, notre équipe a suivi un équipage de police secours, à retrouver dans le reportage en tête de cet article. Chaque soir depuis deux mois, il part en patrouille, muni d'une caméra. Un nouvel équipement qui a pris toute sa place entre l'arme et les menottes et qui peut être déclenché à la moindre occasion. Une façon, aussi, pour les policiers de se protéger lors des interventions.

Un effet dissuasif constaté

À terme, tous les policiers et gendarmes devront en être équipés. À Lille, ces caméras sont déjà largement déployées auprès de plusieurs unités. La brigade anticriminalité a pu remarquer son effet dissuasif. "À partir du moment où ils voient la caméra, ça détend les individus. Ils savent que c'est filmé et que s'ils font une bêtise ou s'ils viennent au contact, ça va être enregistré", explique Freddy, brigadier-chef de la BAC de Lille.

Lire aussi

Ces caméras constituent surtout des preuves lors des opérations de maintien de l'ordre notamment. Freddy, lui, l'a utilisée il y a quelques semaines, lors d'une manifestation anti-pass sanitaire. Et les images ont permis d'identifier et de poursuivre en justice un manifestant qui tentait de les blesser.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'Australie avait de "profondes et sérieuses réserves" concernant les sous-marins français, riposte son gouvernement

EN DIRECT - Crise des sous-marins : après son rappel des États-Unis, l'ambassadeur français reçu ce soir par Macron

EN DIRECT - Covid-19 : l'ONU appelle à ce que 70% de la population mondiale soit vaccinée mi-2022

Hautes-Pyrénées : un mort et deux blessés graves lors d'une rixe entre bikers à Tarbes

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.