Emmanuel Macron giflé : "le Président a sans doute pris un peu par surprise son service de sécurité"

Emmanuel Macron giflé : "le Président a sans doute pris un peu par surprise son service de sécurité"

RÉACTION - Au lendemain de la gifle infligée par un homme à Emmanuel Macron dans la Drôme, Xavier Angeli, maire de Tain L'Hermitage réagit à cet événement auprès de LCI. Pour l'édile, cette agression est "inacceptable".

La journée était ensoleillée, le rendez-vous pris et attendu par les élus locaux notamment. Mardi matin, le président Emmanuel Macron s'est rendu dans la Drôme pour rencontrer des restaurateurs dans le cadre de la suite de son tour de France. Le chef de l'État était alors loin d'imaginer qu'en sortant de l'école hôtelière de Tain L'Hermitage où il avait passé la matinée, il se prendrait une gifle donnée par une des personnes présentes derrière les barrières de sécurité à sa sortie de l'établissement. 

Au lendemain de cette agression, alors que le gifleur et son complice présumé ont été interpellés, le maire de la commune, Xavier Angeli livre sur LCI sa réaction après cet événement totalement inattendu, qu'il qualifie "d'inacceptable" et qu'il "condamne". 

Toute l'info sur

Emmanuel Macron giflé lors d'un déplacement dans la Drôme

Comment se sont déroulés les événements de votre point de vue mardi  ? 

On venait de sortir de l'école hôtelière avec le Président et d'autres personnes. Tout s'était très bien passé. Je venais de saluer Monsieur Macron avant qu'il ne remonte dans son véhicule. Personne ne pouvait alors imaginer qu'il allait en ressortir peu après, spontanément et visiblement sans prévenir son service de sécurité, ou alors à la dernière minute. Le Président s'est dirigé vers les personnes derrière les barrières de sécurité, a pris le bras de cet homme qui lui a mis une gifle. Moi j'étais plus loin, je n'ai pas vu l'agression, mais j'ai compris qu'il se passait quelque chose de pas normal. Un agent de sécurité a ensuite isolé le président, les individus suspects ont été interpellés, et M. Macron a eu ensuite une excellente réaction à mon sens. Au lieu de partir après cette agression, le chef de l'État est retourné voir les gens, il a serré des mains et fait des selfies.

Quand avez-vous compris qu'il se passait quelque chose d'anormal  ? 

J'ai été interpellé, je me suis demandé ce qu'il se passait. Mais j'ai réalisé très vite que le président n'était pas gravement touché, car il a reculé avec ses hommes de sécurité et est retourné très vite vers la foule. 

Lire aussi

Les personnes qui se trouvaient à la sortie de l'école hôtelière avaient-elles été "sélectionnées" ? 

Non, ce sont des curieux ou des soutiens LREM venus voir le Président. Je ne connais pas la composition exacte des personnes qui étaient là. Il y avait des habitants de la commune, des riverains de l'école et des personnes venues d'ailleurs. Les deux hommes interpellés sont de Saint-Vallier, commune située à 15 kilomètres de Tain l'Hermitage. Ce qui est sûr, c'est que les forces de sécurité étaient présentes depuis le début de la matinée.  Il y a eu très certainement un filtrage de sécurité pour s'assurer que les personnes présentes sur site ne portaient pas d'armes, armes par destination ou d'objets dangereux. Mais le risque zéro n'existe pas. Qui pouvait penser qu'un individu allait gifler le Président ? C'était inimaginable. 

Selon vous, le président de la République a-t-il pris des risques en descendant de sa voiture pour voir la foule et en y retournant après la gifle ? 

J'ai vu le Président dans la voiture avant qu'il ne s'apprête à partir. J'ai vu son regard vers la foule. Les gens l'appelaient. Son cœur a parlé, il y est allé, en courant même.  Mais c'est vrai, en descendant, il a peut-être un peu pris par surprise son service de sécurité. De même, quand il est retourné vers les gens juste après la gifle, le service de sécurité ne s'y attendait probablement pas. Le président ne voulait pas se laisser abattre après le geste de cet individu, cette "bêtise". D'ailleurs, il a fait de nouveaux bains de foule après à Valence, très encadré cette fois. Il a eu, selon moi, la bonne attitude. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

EN DIRECT - Disparition de Delphine Jubillar : le mari de l'infirmière mis en examen pour meurtre

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.