Tué lors d'un réveillon sur le thème des "Peaky blinders" : l'auteur présumé mis en examen

ILLUSTRATION

FAIT DIVERS - Un homme âgé de 27 ans a été tué au cours d'une soirée à Bergerac sur le thème de la série de gangsters "Peaky Blinders". L'auteur présumé du tir a été mis en examen pour homicide involontaire.

La soirée déguisée pour fêter la nouvelle année a viré au drame.  Dans la nuit de jeudi à vendredi, un homme âgé de 27 ans a été tué par balle par un autre individu qui manipulait, dans des circonstances encore floues, une arme à feu. Ce réveillon entre amis - organisé dans une maison isolée à Monbazillac - avait pour thème la série Peaky Blinders, a fait savoir le parquet de Bergerac vendredi. 

"Une vingtaine de personnes nées entre 1991 et 1993, tous anciens camarades de lycée, s'étaient retrouvées jeudi (...) pour une fête déguisée inspirée de cette série télévisée britannique, qui met en scène des gangsters en costumes trois pièces et casquette à visière. Vers 21h30, un coup de feu est parti d'une arme apportée par un convive", a indiqué à l'AFP la procureure de Bergerac Odile de Fritsch.

L'auteur présumé mis en examen

La victime, domiciliée à Agen, a été touchée au thorax et est décédée sur place, sans pouvoir être réanimée par les secours. Le tireur présumé, âgé lui aussi de 27 ans et qui réside habituellement dans l'Ain, a été placé en garde à vue à Bergerac. Selon nos informations, l'auteur du tir avait apporté deux armes de chasse prêtées par son père. Des armes qu'il pensait avoir sécurisées. Plusieurs participants à la soirée avaient d'ailleurs pris des photos avec celles-ci. L'auteur du tir a indiqué aux gendarmes qu'il pensait que l'arme - un fusil semi-automatique calibre 12 - était déchargée. 

Il a été mis en examen pour homicide involontaire aggravé par la circonstance de  violation manifestement délibérée d'une obligation de prudence, a précisé à  l'AFP la procureure de la République à Bergerac Odile de Fristch. Il a été  laissé en liberté sous contrôle judiciaire. L'arme avait pourtant été actionnée plusieurs fois auparavant  dans la soirée, sans qu'aucun coup ne parte. Mais cette arme n'avait pas été nettoyée ni utilisée depuis une longue  période, avaiat été stockée dans des conditions qui pourraient avoir altéré son mécanisme, jusqu'à ce que plusieurs manipulations successives jeudi la  dégrippent, selon l'hypothèse privilégiée par l'enquête, dans l'attente d'une expertise balistique, a précisé le parquet.

La piste accidentelle semble - à ce stade- privilégiée. Le tireur et la victime étaient amis depuis plus de 10 ans et décrits par les membres de la soirée comme "meilleurs amis." 

 

Sur le même sujet

Lire et commenter