Mort d'Alisha : les deux suspects mis en examen pour assassinat, le jeune homme "effondré"

Mort d'Alisha : les deux suspects mis en examen pour assassinat, le jeune homme "effondré"

JUSTICE - Les deux adolescents suspectés de la mort d'Alisha, morte noyée deux jours plus tôt à Argenteuil, ont été mis en examen pour "assassinat", en fin de soirée, mercredi 10 mars.

La machine judiciaire est en marche. Après une longue garde à vue entamée la veille, le jeune homme de 15 ans soupçonné de la mort d'Alisha, 14 ans, retrouvée morte noyée dans la Seine lundi 8 mars dans la soirée à Argenteuil, a été mis en examen, ce mercredi, pour "assassinat", a fait savoir son avocat Me Franck Berton à LCI. 

Sa petite amie du même âge, également suspectée dans cette affaire a, elle aussi, été mise en examen du même chef d'accusation quelques heures plus tard, a annoncé le parquet. Le juge des libertés et de la détention ont statué dans la nuit que les deux mineurs seraient placés en détention provisoire.

Toute l'info sur

Alisha, 14 ans, morte noyée après une altercation à Argenteuil

Jusqu'à 20 ans de prison encourus

Plus tôt dans la journée, le procureur de Pontoise Eric Corbaux a livré le récit de la mort d'Alisha, frappée puis jetée dans la Seine pour des "futilités" par ses deux camarades de classe. Ce sont "des futilités de ce type-là qui auraient justifié l'envie de faire quelque chose envers la victime", a esquissé le magistrat, indiquant que cette volonté ressortait de SMS échangés entre les deux protagonistes. Eric Corbaux indique que les deux adolescents ont tendu un "guet-apens" à Alisha, le couple lui donnant un rendez-vous où le jeune homme, après s'être "dissimulé" avant d'apparaître et de lui administrer "une balayette, la faisant tomber au sol". Frappée au sol, la victime est alors saisie par le couple puis jetée à la Seine, où elle se noiera.

Le couple s'est ensuite rendu au domicile du jeune homme pour changer leurs habits tâchés de sang, avant que ce dernier n'avoue à sa mère qu'il a fait "une grosse bêtise". "Ils sont partis ensemble manger à Paris. Ils n'ont pas non plus fait part d'un remords immédiat", note le procureur. "On parle de ces jeunes gens qui ont à peine 15 ans...", laisse-t-il planer, avant d'ajouter : "On n’est pas toujours dans quelque chose qui est de la rationalité la plus totale."

Interviewé par LCI, Me Berton fait valoir que son client "ne conteste absolument pas sa responsabilité. J'ai rencontré un garçon complètement effondré, en larmes". S'agissant de l'attitude du suspect, il s'inscrit en faux par rapport à la description faite par le procureur : "Dire qu'il n'a pas de remords ne correspond pas à la réalité. Ça rajoute du drame au drame, ce n'est franchement pas nécessaire. Que voulez-vous qu'il fasse ? Il voudrait revenir en arrière, mais c'est trop tard, maintenant. Ils sont complètement abasourdis. Ils ne pensaient pas qu'elle était morte, ils pensaient qu'elle allait nager et revenir, et peut-être même oublier".

Lire aussi

La minorité des deux suspects fait qu'ils encourent au maximum 20 ans de prison, et non la réclusion à perpétuité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

Lire et commenter