Mort d'Eric Masson : "En 2020, sept policiers ont perdu la vie en mission", rappelle Jean Castex

Mort d'Eric Masson : "En 2020, sept policiers ont perdu la vie en mission", rappelle Jean Castex

DEUIL – A l'occasion d'un déplacement au commissariat de Sarcelles (Val d'OIse) ce vendredi matin, deux jours après l'homicide du Brigadier Eric Masson à Avignon Vaucluse, le Premier ministre a rappelé que sept policiers avaient perdu la vie dans l'exercice de leurs fonctions l'année dernière.

Ils sont une soixantaine à avoir perdu la vie au cours des onze dernières années, selon un décompte non-officiel. Brigadier, gardien de la paix, policier municipal, major, brigadier-chef, la plupart sont morts dans l'exercice de leur fonction ou parce qu'ils étaient policiers. 

Les derniers chiffres officiels ont été donnés ce vendredi matin par le Premier ministre Jean Castex. À l'occasion d'un déplacement au commissariat de Sarcelles, ce dernier a en effet rappelé que "en 2020, ce sont sept de nos policiers qui ont perdu la vie en mission pour assurer notre sécurité".  Ils sont d'ores et déjà deux en 2021, morts dans l'exercice de leur fonction....

Lire aussi

Mercredi dernier, 5 mai, Eric Masson, brigadier âgé de 36 ans, pacsé et père de deux fillettes a été tué à Avignon dans le Vaucluse au cours d'une opération anti-stupéfiants. "Eric Masson était un policier exemplaire. C'était votre collègue. C'était un serviteur de l'État. Un serviteur de la République mort au service de son pays. Il était engagé contre l'insécurité du quotidien et plus particulièrement dans la lutte contre toutes les formes de trafics dont celui de stupéfiants", a déclaré le Premier ministre ce vendredi devant des dizaines de fonctionnaires à Sarcelles. L'auteur des tirs, lui, était toujours activement recherché deux jours après les faits.

Le 23 avril, Stéphanie Monfermé mère de famille de 49 ans, en poste depuis 28 ans au commissariat de Rambouillet comme agente administrative, était mortellement poignardée sur son lieu de travail. L'auteur de l'attaque de Rambouillet, Jamel Gorchene, un ressortissant tunisien de 36 ans, avait été tué sur place par les tirs d'un policier. Le 30 avril, au lendemain des obsèques de la policière, Jean Castex déclarait "Stéphanie Monfermé incarnait aux yeux de cet homme dont je me refuse à prononcer le nom, la police française et donc l'autorité de l’Etat. Elle a été assassinée parce qu'elle servait son pays, parce qu'elle était au service de la France".

Découvrez le podcast Chroniques Criminelles, et plongez au cœur des affaires les plus étonnantes de l’histoire judiciaire

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Disparitions inquiétantes, crimes passionnels,  ou machinations diaboliques… Découvrez les secrets des faits-divers les plus marquants. Tueurs en série, amants démoniaques, tous pensaient avoir commis le crime parfait. Mais tous, sont aujourd’hui derrière les barreaux. Qui sont ces meurtriers ? Et comment les policiers sont-ils parvenus à les confondre ? La découverte de la vérité ne tient parfois qu’à un fil… Grâce aux témoignages de tous les protagonistes, des enquêteurs aux familles des victimes, Jacques Pradel vous fait revivre ces enquêtes incroyables, riches en rebondissements et en émotions…

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : 20 départements en vigilance orange ce dimanche

VIDÉO - Pluies "tropicales", grêlons, tornades : les images de la France frappée par les orages

Auto-tests sur les plages, traçage "à la japonaise" : ce qui va changer cet été dans la traque du Covid-19

VIDÉO - RER et bus inondés, toit arraché... vents violents et pluies diluviennes sur l'Île-de-France

Nouvelle sortie hors de l'ISS pour Thomas Pesquet : quelle mission après les incidents de mercredi ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.