Mort de Clément Méric : des peines moins lourdes en appel pour deux anciens skinheads

Mort de Clément Méric : des peines moins lourdes en appel pour deux anciens skinheads

JUSTICE - La cour d'assises de l'Essonne a condamné en appel deux anciens skinheads à huit et cinq ans d'emprisonnement pour la mort du militant antifasciste Clément Méric. Il avait été tué lors d'une rixe à Paris, en 2013. 1000 à 1600 personnes ont manifesté à sa mémoire à Paris samedi.

Cinq et huit ans d'emprisonnement. Voici les peines dont deux anciens skinheads ont écopé, vendredi, pour la mort en 2013 de Clément Méric. Esteban Morillo, 28 ans, et Samuel Dufour, 27 ans, étaient jugés par la cour d'assises, qui a opté pour un verdict moins sévère qu'en première instance.

Toute l'info sur

Mort de Clément Méric : deux skinheads condamnés

"La vérité a été redite ce soir", a déclaré à la sortie du tribunal Me Cosima Ouhioun, représentant la famille Méric depuis le procès en première instance. "Clément Méric a été victime d'une agression par des bras armés par des poings américains, mais aussi par une idéologie violente qui a été un poison tant pour les accusés que pour les victimes", a-t-elle poursuivi.

La question de la légitime défense rejetée

Le 5 juin 2013, une brève rixe éclate entre militants d'extrême gauche et d'extrême droite, en marge d'une vente privée de vêtements de la marque Fred Perry. Sept secondes fatales à Clément Méric, 18 ans, qui s'écroule sur le bitume après avoir été frappé au visage.

Esteban Morillo, 28 ans, avait reconnu avoir porté les coups mortels. En première instance, il avait été condamné à onze ans d'emprisonnement. En appel, il avait plaidé la légitime défense, se disant "désolé" de la mort "horrible" de Clément Méric mais assurant s'être défendu d'un "guet-apens" orchestré par les militants antifascistes. Les assises de l'Essonne ont rejeté à la majorité absolue cette question de la légitime défense et l'ont condamné à huit ans d'emprisonnement.

Lire aussi

1000 à 1600 manifestants à Paris

Samuel Dufour, 27 ans, avait lui été condamné à sept ans en première instance. Même s'il n'avait pas frappé Clément Méric, la cour d'assises de Paris avait jugé que sa participation à la bagarre avait empêché les camarades de Clément Méric de venir en aide à la victime. En appel, il avait également assuré s'être défendu, ce que la cour de l'Essonne a rejeté, en le condamnant à cinq ans d'emprisonnement.

Au cours des deux semaines d'audience, témoins et expertises se sont souvent contredits et n'ont pas permis de lever toutes les zones d'ombre entourant le bref et violent échange de coups. La question de l'usage d'un poing américain a été longuement débattue, Samuel Dufour et Esteban Morillo niant formellement tout au long du procès y avoir eu recours. La cour les a reconnus coupables vendredi soir de "port d'arme prohibé". La décision deviendra définitive à défaut d'un pourvoi en cassation.

En vidéo

"C'est toujours présent 8 ans après" : le témoignage de l'ex-compagne de Clément Méric

Hasard du calendrier, ce verdict intervient huit ans jour pour jour après la mort du jeune homme. Une manifestation a d'ailleurs rassemblé entre 1000 et 1600 personnes place de la République. "8 ans après, Clément vit dans nos luttes, combattons le fascisme", pouvait-on lire sur la banderole de tête du cortège dans lequel figurent des sections antifascistes de Paris, des militants de la CGT Paris, du NPA, de l'Union communiste libertaire (UCL), du syndicat Solidaires, de la Confédération nationale du travail (CNT) ou de l'UNEF. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

John McAfee, créateur de l'antivirus du même nom, s'est suicidé dans sa prison en Espagne

40% des nouveaux contaminés sont vaccinés en Israël : des failles dans le Pfizer ?

Disparition de Lucas Tronche, 15 ans, en 2015 : des ossements et un sac retrouvés

Covid-19 : que sait-on du nouveau variant Delta Plus découvert en Inde ?

Impôt sur les successions, retraite à points, tarification du carbone... Les propositions phares du rapport remis à Macron pour l'après-Covid

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.