Bugaled Breizh : la Royal Navy juge "impensable" la présence d'un sous-marin non identifié

En janvier 2004, le chalutier breton avait sombré en moins d'une minute avec cinq marins à bord au large des côtes anglaises. L’ancien commandant du sous-marin britannique suspecté d'avoir provoqué le naufrage a nié toute responsabilité.

NAUFRAGE - Un haut-gradé de la Royal Navy a jugé "impensable" qu'un sous-marin militaire allié ait pu se trouver dans la zone du naufrage du Bugaled Breizh en 2004 sans avoir signalé sa présence, mardi devant la justice britannique.

La justice britannique tente toujours de percer le mystère du naufrage du Bugaled Breizh, survenu le 15 janvier 2004. Depuis début octobre, la Haute Cour de Londres essaie de déterminer les causes du naufrage soudain de ce chalutier breton, parti pêcher en mer au large des Cornouailles (sud-ouest de l'Angleterre). Les cinq membres de son équipage avaient péri.

Alors qu'un sous-marin militaire britannique, le Turbulent, est soupçonné par les familles des victimes de s'être pris dans les filets du chalutier, un responsable des opérations sous-marines de la Royal Navy, le commandant Daniel Simmonds, a réaffirmé ce mardi que le bâtiment se trouvait à quai, à Devonport (sud-ouest de l'Angleterre).

La justice française a mis fin à l'enquête en 2016

Selon lui, ce sous-marin nucléaire d'attaque devait prendre part à des exercices de l'Otan, prévus dans la zone à partir du 16 janvier, mais n'a pu le faire en raison d'une avarie. Il a aussi estimé "impensable" qu'un sous-marin allié ait pu se trouver dans le secteur assigné aux exercices, qui impliquaient les marines de plusieurs pays, sans avoir notifié sa présence. Quand la piste d'un sous-marin de l'US Navy avait été évoquée en 2016, les États-Unis avaient réfuté.

Tout aussi "impensable", selon l'officier, serait de falsifier le journal de bord d'un sous-marin ou les documents relatifs à ses mouvements : cela constituerait un "manquement grave" de nature à "éroder la confiance" entre pays alliés.

Lire aussi

Depuis le début, les familles estiment que le Bugaled Breizh a coulé après avoir été accroché par un sous-marin. Des exercices de la Marine britannique étaient aussi programmés le jour du drame - sans sous-marins, selon Daniel Simmonds. En France, une longue procédure judiciaire, clôturée en 2016, n'avait pu trancher entre l'hypothèse d'un sous-marin et celle d'un accident de pêche.

Communications officielles à l'appui, le commandant Simmonds a répété que seuls trois sous-marins se trouvaient en mer quand le Bugaled Breizh a sombré (l'allemand U22, le néerlandais Dolfijn et le britannique Torbay). Il a exclu que l'un d'eux ait pu se trouver à moins de cinq milles nautiques du chalutier. Interrogée lundi, la Marine néerlandaise avait exclu toute implication du sous-marin Dolfijn, assurant qu'il naviguait en surface quand l'accident est survenu. La justice britannique doit entendre ce mardi après-midi l'ancien commandant du Turbulent, Andrew Coles.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.