Pédocriminalité : Joël Le Scouarnec fait appel de sa condamnation à 15 ans de prison

Le procès de Joël Le Scouarnec s'ouvre ce lundi 30 novembre 2020.

JUSTICE - L'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec a fait appel vendredi de sa condamnation à 15 ans de réclusion criminelle. Celle-ci avait été prononcée par la cour d'assises de Charente-Maritime dans un premier dossier de viols et agressions sexuelles sur quatre victimes mineures.

Nouvel épisode en vue dans la vertigineuse affaire de pédophilie impliquant Joël Le Scouarnec ? L'ex-chirurgien, condamné début décembre à 15 ans de réclusion criminelle, a fait appel ce vendredi de sa condamnation. Le pédocriminel condamné conteste en effet la peine dans ce premier dossier de viols et agressions sexuelles sur quatre victimes mineures.

L'ex-chirurgien avait en effet été reconnu le 3 décembre coupable de faits d'atteintes sexuelles sur une de ses nièces et une jeune patiente dans les années 90. Mais aussi des faits de viols (pénétrations digitales) sur une autre nièce, à la même période, ainsi que sur sa voisine à Jonzac (Charente-Maritime). C'est cette dernière qui l'avait dénoncé en 2017, permettant de mettre les enquêteurs sur la piste de cet homme qui a échappé à la justice pendant près de 30 ans. L'accusé, qui encourait 20 ans de réclusion criminelle, était resté impassible à l'annonce du verdict à Saintes, gardant les bras croisés sur le ventre, sans un regard pour les victimes.

"Je ne demande pas l'indulgence de la cour"

Ce premier procès, qui s'est tenu dans une ambiance électrique, est le premier volet d'une affaire de pédophilie hors normes. Le médecin autrefois respecté, père de trois fils, est en effet également mis en examen depuis octobre à Lorient (Morbihan), dans une deuxième procédure, pour viols et agressions sexuelles sur 312 victimes potentielles identifiées à la lumière de ses "carnets" intimes découverts par la police en 2017.

Lire aussi

"Je ne demande pas l'indulgence de la cour", avait déclaré l'accusé dans ses derniers mots durant son premier procès. "Je ne demande ni pardon, ni compassion (...) seulement le droit de redevenir un homme meilleur", avait-il dit, des propos rapportés par plusieurs avocats hors la salle d'audience, huis clos oblige.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary-sur-Mer : une mère et son bébé secourus, deux personnes toujours recherchées

EN DIRECT - Covid-19 : 8 millions de créneaux de vaccination supplémentaires vont être ouverts, annonce Gabriel Attal

Le Covid, une simple bactérie ? Les autorités de Singapour démentent avoir dévoilé un "canular mondial"

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.