Un pédocriminel condamné à Vesoul après avoir été débusqué par un collectif de citoyens

Un pédocriminel condamné à Vesoul après avoir été débusqué par un collectif de citoyens

JUSTICE - Un homme de 54 ans, débusqué par un collectif citoyen en septembre dernier, a été condamné à Vesoul à 10 mois d'emprisonnement ferme. Le collectif avait adressé à la justice des captures d'écran de conversations à caractère sexuel avec ce qu'il pensait être une enfant.

Il avait été pris "la main dans le sac". Un pédocriminel de 54 ans a été condamné à Vesoul à une peine de 10 mois d'emprisonnement ferme, grâce au signalement d'un collectif citoyen de "chasseurs de pédocriminels". "Le mis en cause a été condamné dans le cadre d'une audience de plaider coupable (CRPC) pour corruption de mineur de 15 ans par réseaux sociaux", a indiqué mardi sur son compte Twitter le procureur de Vesoul, Emmanuel Dupic. 

"Une peine de 10 mois d'emprisonnement ferme a été prononcée, accompagnée d'un suivi socio judiciaire avec obligation de soins pendant 5 ans", a-t-il ajouté, précisant que le quinquagénaire avait été "inscrit au fichier Fijais des délinquants sexuels".

Un faux profil et des captures d'écran

Cet habitant de Gray (Haute-Saône) avait été interpellé à son domicile en septembre dernier, la veille du rendez-vous qu'il avait fixé via internet à une enfant de 12 ans à la gare de Besançon. Derrière le profil de la mineure, prénommée Lena, se cachait une mère de famille lyonnaise, membre collectif "Team Moore", détaille France 3. Elle a adressé à la police judiciaire de Besançon un dossier contenant des captures d'écran de discussions à caractère sexuel entre l'homme et celle qu'il pensait être une enfant. Lors de sa garde à vue, l'homme a reconnu les faits. Il avait fait l’objet d’une précédente condamnation pour des faits d’agression sexuelle sur personne majeure, avait alors indiqué le procureur.

Lire aussi

Le collectif déjà à l'origine de trois autres signalements

Présent sur Facebook, le collectif "Tim Moore" traque les pédocriminels dans le monde entier en créant de faux profils d’enfants, une technique aussi utilisée par les forces de l’ordre. En France, il a permis la signalisation de trois cas similaires à celui-ci, à Dijon, à Bordeaux et à la Réunion, avait expliqué le procureur de Vesoul en septembre

Les groupes de "chasseurs de pédophiles (sic)" sont "un nouveau phénomène qui pose question", avait-il cependant déclaré. "C'est un procédé original pour lequel une grande vigilance est attendue car les organisateurs du collectif peuvent être poursuivis s'ils révèlent l'identité du mis en cause sur les réseaux sociaux", avait-il poursuivi, "et il y a un risque de vengeance sur la personne mise en cause"

"En France, la bonne attitude à avoir, c'est de signaler de tels faits sur la plateforme Pharos du ministère de l'Intérieur. Des enquêteurs spécialisés sont ensuite habilités à faire ce type de cyber infiltration", concluait-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La catastrophe se poursuit en Inde, près de 4000 décès et 412.000 contaminations au Covid-19 en 24 heures

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

Les brocantes et vide-greniers sont-ils maintenus ? Le 20H vous répond

Avignon : qui était le policier abattu ?

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.