Procès du 13-Novembre : "Billy du Hood" et "Pomme Cassis framboise", les différents profils du terroriste Bilal Hadfi

Procès du 13-Novembre : "Billy du Hood" et "Pomme Cassis framboise", les différents profils du terroriste Bilal Hadfi

JUSTICE – Un premier enquêteur belge anonymisé a fait ce jeudi une présentation de cinq des terroristes impliqués dans les attaques survenues il y a six ans. Il a notamment parlé de Bilal Hadfi, l'un des trois kamikazes du Stade de France.

C'est depuis les locaux du parquet fédéral belge et entouré de deux magistrats et d'un spécialiste en informatique qu'il a témoigné. Anonymisé 446.906.682, ce policier en costume et portant le masque est le premier des enquêteurs belges à témoigner sur une longue série. Lui a mené des investigations sur cinq des terroristes décédés à Paris, Saint-Denis ou Zaventem et impliqués dans les attaques sanglantes survenues à l'automne en France il y a six ans. 

Toute l'info sur

Le procès hors norme des attentats du 13-Novembre

Parmi les djihadistes qu'il a présentés : Bilal Hadfi, l'un des trois kamikazes du Stade de France qui s’était fait exploser près du restaurant McDonald’s, à proximité de l'enceinte sportive. "Bilal Hadfi est né le 22 janvier 1995 à Jette en Belgique. Ses profils Facebook : 'Billy du Hood' et 'Pomme Cassis framboise'. L'une de ses kunyas était Abou Mujahid Al-Belgiki. Il est décédé le 13 novembre 2015 à Saint-Denis", commence l'enquêteur. "Bilal Hadfi avait quatre comptes WhatsApp. Il était connu pour des faits de délinquance notamment du vol, du recel, et des stupéfiants entre 2011 et 2015, et pour des infractions liées à un groupe terroriste à partir de 2015. Il a fait l'objet d'un signalement en mars 2015 pour son départ en Syrie."

"Il buvait de l'alcool à 12 ans"

Mais avant son départ sur zone et son retour pour mourir en martyr, Bilal Hadfi, dernier d'une fratrie de quatre enfants, a grandi dans l'agglomération Bruxelloise dans le quartier dit de Versailles. "Il était décrit comme un garçon, charmant, affable mais ne se sentait pas à sa place", explique l'enquêteur. "La sœur d'Hadfi dit qu'il était souriant. Il était surnommé le petit capricieux. Il n'était pas bien dans sa peau. Il buvait de l'alcool à 12 ans. Il s'est mis à prier une semaine avant son départ et est aussi allé tous les jours à Molenbeek pendant un mois avant de partir en Syrie."

L'enquêteur 446.906.682 rapporte également les propos d'une camarade de classe qui a expliqué qu'à l'époque des attentats contre Charlie Hebdo, "Bilal Hadfi avait pris les choses fort à cœur". "On se doutait qu'il était pour le combat. Il était devenu plus pratiquant, il évitait l'alcool, c'était quelqu'un d'intelligent", avait-elle ajouté. 

Le policier précise qu'à l'été 2014, Hadfi avait publié une photo sur son profil Facebook "Billy du Hood", accompagnée de ce titre : "Manif avec les petits frères". Un cliché le montrant pointer un doigt en l’air, le visage revêtu d’un keffieh palestinien, à l’occasion d’une manifestation pour la Palestine. "Des recherches sur les nasheeds, le sham ont aussi été retrouvées", précise le policier.

Lire aussi

"Prennez vos couilles en main et aller sur le terrain d'Allah"

En novembre 2014, toujours sur Facebook, Bilal Hadfi poste le message : "Arrêtez avec vos manifestations à la con... même si ses pour Gaza ou je ne sais quoi encore. Je sais que sa ne sert a rien vos manifs. Vous voulez bouger ? Ben prenez vos couilles en main et allez sur le terrain d'Allah (sic)". Début 2015, il poste : "Bientôt, c'est l'hebdo de Bruxelles qui va sauter ha ha ha". Et le 6 février, il écrit : "Préparer vos gilets par balles ! L'heure est arrivée les frères."

Onze jours plus tard, Bilal Hadfi part pour la Turquie et rejoint l'État Islamique en Syrie le 18 février 2015. Une photo de lui en tenue de combattant apparaît à l'écran dans la salle d'audience. "Bilal Hadfi va vers un extrémisme radical et violent. Il a commencé son entraînement de combattant peu de temps après son arrivée", explique l'enquêteur belge. Le 21 avril 2015, Hadfi déclare à sa tante sur Facebook : "Pour moi, c'est soit la victoire, soit le martyr, dans les deux cas, c'est la victoire." Le 26 avril 2015,toujours sur le réseau social, il dit "qu'il roule en camion et tire à la kalachnikov". 

Le 9 mai 15, sur Facebook encore, Hadfi envoie une photo de lui avec un AK-47, désigne l'arme comme "son bébé". Il demande ensuite que l'on prie pour lui et fait savoir qu'il va "mourir en martyr". Quand sa mère lui demande s'il compte revenir en Belgique, il répond : "Le jour où je viendrai (...) faire une attaque ici, mais c'est pas pour revivre avec vous." Il aurait alors croisé le chemin d'Abdelhamid Abaaoud sur zone. 

"On peut imaginer qu'il veut préserver sa mère"

Le 27 juillet, Bilal Hadfi envoie à sa maman ce message : "Je suis reparti en camps d'entraînement pendant trois mois. Tu n'auras plus de nouvelles." "On peut imaginer qu'il se met en route pour l'Europe et qu'il veut préserver sa mère", commente le policier belge. Dix jours plus tard, le futur kamikaze écrit : "Faut tout péter bientôt inch'allah.". "Le 19 aout 2015, Bilal explique à sa sœur être à l'entrainement et demande à Allah de faire de lui un martyr. "À ce moment se prépare quelque chose", insiste l'enquêteur.

Puis, au mois d'août, Bilal Hadfi est localisé en Turquie et en Grèce, notamment à Athènes et Thessalonique. "Les dernières connexions au compte Facebook Pomme cassis framboise de Bilal Hadfi sont le 22 août 2015. Le compte Billy du Hood est en Serbie puis en Hongrie, après, où Bilal Hadfi se trouve avec Chakib Akrouh (terroriste neutralisé à Saint-Denis le 18 novembre). Les deux hommes sont entrés en Hongrie 27 août 2015 et ont acheté le même jour à Kiskoros deux cartes sim hongroises afin de communiquer avec Salah Abdeslam, qui était venu les chercher dans cette ville le 30 août 2015. La suite du parcours sera faite ultérieurement par un collègue", conclut le policier. Les présentations de la police belge ayant été "saucissonnées", selon les termes de la défense qui le regrette, la suite du parcours de Bilal Hadfi jusqu'au 13 novembre sera abordée un autre jour.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : en Allemagne, un premier cas suspect de variant Omicron détecté

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Avec le variant Delta, le risque de contamination explose dans le métro

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.