Sarkozy convoqué au procès des sondages de l'Élysée : l'ex-président de la République répond au juge

Sarkozy convoqué au procès des sondages de l'Élysée : l'ex-président de la République répond au juge

JUSTICE - Alors que le tribunal a ordonné sa comparution comme témoin au procès de l'affaire des sondages de l'Élysée, Nicolas Sarkozy a assuré ce mercredi qu'il avait "toujours répondu aux convocations".

Le tribunal a ordonné mardi la comparution forcée de Nicolas Sarkozy comme témoin, le 2 novembre, au procès de ses anciens collaborateurs dans l'affaire des sondages de l'Élysée, dans laquelle il est couvert par son immunité présidentielle. L'ancien président de la République a commenté cette décision ce mercredi, depuis Lyon, où il était en séance de dédicace pour son dernier ouvrage.

Il a suggéré qu'il se rendrait de lui-même au tribunal : "Les forces de l'ordre sont assez occupées, pas besoin de s'occuper de moi. J'ai toujours répondu aux convocations, tranquillement, en expliquant les choses. Mais la France est une démocratie, un État de droit, il y a une Constitution. La Constitution prévoit un principe essentiel qui est la séparation des pouvoirs. Ce principe s’applique à tout le monde, à moi. Je ne suis pas au-dessus des autres, pas en dessous non plus. Je ne veux pas de polémique et je ne veux pas d’affrontement inutile, le pays n’en a pas besoin", a-t-il déclaré.

Lire aussi

"En son temps, le juge en charge de cette affaire, monsieur Tournaire, qui n’est pas quelqu’un qui a été extrêmement indulgent avec moi, avait indiqué que la convocation serait tout à fait déplacée", a-t-il ajouté, répondant à un journaliste qui lui demandait s'il comprenait cette convocation. "Je ne sais pas ce qui a changé depuis mais il faut voir les choses calmement et tranquillement."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : Israël ferme ses frontières aux ressortissants étrangers

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.