Procès du couple Caouissin : les dernières énigmes de l’affaire Troadec

Procès du couple Caouissin : les dernières énigmes de l’affaire Troadec

CRIME - Hubert Caouissin sera jugé à partir du mardi 22 juin à Nantes pour le quadruple homicide de sa belle-famille qu'il soupçonnait d'avoir volé un trésor. Sa femme, Lydie Troadec, comparaîtra pour recel de cadavres et modification des preuves d'un crime.

Jeudi 23 février 2017, la sœur de Brigitte Troadec, inquiète de ne plus avoir de nouvelles de sa famille depuis plusieurs jours, alerte la police. Une patrouille prend la direction d'Orvault, une commune résidentielle de la banlieue nord de Nantes. Pascal, Brigitte et leurs deux enfants, Charlotte et Sébastien Troadec ne sont pas chez eux et demeurent introuvables. 

Dans cette agglomération encore hantée par l’affaire de Ligonnès, la police judiciaire ouvre une enquête. Très vite, les enquêteurs se tournent vers Lydie Troadec, la sœur de Pascal et son conjoint Hubert Caouissin. Depuis des années, les deux couples sont en conflit. 

Toute l'info sur

Affaire Troadec

379 morceaux de chair dispersés dans la nature

Après avoir nié toute implication dans cette affaire, Hubert Caouissin, démenti par son ADN retrouvé sur un verre dans la cuisine des victimes, passe aux aveux. Il explique alors avoir tué ses victimes à coups de pied de biche puis avoir transporté les corps dans sa ferme de Pont-de-Buis, dans le Finistère, où il les a éviscérés et brûlés.

Aux alentours du bâtiment, les enquêteurs ont indiqué avoir retrouvé parmi les ronces et les fougères 379 morceaux de chair humaine dispersés par le suspect dans l'espoir "que les animaux sauvages les feraient disparaître". L'enquête, en revanche, n'a pas permis de mettre la main sur l'arme du crime.

Lire aussi

À l'origine de ce meurtre sordide, un trésor dont on ignore encore aujourd'hui l'existence et qui sera au centre du procès qui s'ouvre mardi 22 juin à Nantes. Les Troadec et les Caouissin étaient brouillés depuis des années à cause de pièces et de lingots d'or qui auraient été dérobés par les Troadec en 1940 et que le père de Pascal Troadec, Pierre, aurait retrouvés par hasard alors qu'il effectuait des travaux chez lui. 

Pour Anaïs Denet, journaliste police-justice et auteure du livre Troadec et moi, tout commence en 2009, lorsque Pierre Troadec décède. "Il dit avoir caché un trésor", explique la journaliste au micro de TF1. Une annonce qui, explique-t-elle, bouleverse tout l'équilibre familial. 

Les meurtres étaient-ils prémédités ?

Hubert Caouissin, aujourd'hui derrière les barreaux, comme sa compagne, sont persuadés que Pascal et Brigitte se sont emparés de ce fameux trésor. "Ça donne des repas de famille un peu ubuesque où on enregistre sous la table, on note dans un carnet, en revenant chez soi, les faits et gestes de chacun, on interprète pour essayer de comprendre s'ils se sont enrichis, où est-ce qu'ils ont pu mettre ses pièces..." poursuit la journaliste. 

Des soupçons qui virent à l'obsession. Jusqu'à cette nuit du 16 février 2017, où Hubert Caouissin s'introduit discrètement chez les Troadec. Il racontera aux enquêteurs s'être caché dans le jardin pour les espionner lorsqu'il tombe nez à nez avec le couple. L'altercation aurait dégénéré, il se serait alors emparé d'un pied de biche pour tuer les parents Troadec puis serait monté à l'étage pour abattre les enfants. 

Lire aussi

Hubert Caouissin ayant déjà avoué les faits, tout l'enjeu du procès sera de déterminer s'il avait prémédité son geste et s'il était lucide aux moments des faits. 

"Il a toujours réfuté l'idée qu'il était venu à Orvaux ce soir-là pour commettre des meurtres, donc cette préméditation, nous l'avons toujours contestée au cours de l'instruction", affirme son avocat, Maître Fillion. Hubert Caoussin "n'est pas un monstre. C'est plutôt monsieur Tout-le-monde qui n'avait pas vocation à devenir un délinquant, à devenir un meurtrier", ajoute l'avocat, évoquant un homme acculé par "un sentiment de spoliation, d'injustice". Il soutiendra lors de l'audience "l'altération du discernement de son client", qui encourt la prison à perpétuité. 

Mais le suspect devra expliquer pourquoi un ordinateur retrouvé chez lui contenait une quarantaine d'images de la rue et de la maison des Troadec ou encore ce qui l'a conduit à changer les plaques de sa voiture en février 2017.

"Hubert Caouissin est un homme qui à la fois contrôle son discours" et "livre des versions relativement différentes", relève de son côté Maitre de Oliveira, l'avocate des sœurs de Brigitte Troadec. Il "n'est pas jugé pour assassinat, donc ça n'est pas un enjeu juridique pour nous dans ce procès" mais "on va parler de la préparation éventuellement du crime dans le cadre du contexte", explique-t-elle. Pour elle, il s'agit de "comprendre quel est le ressort humain et psychologique qui a amené monsieur Caouissin et madame Troadec à commettre les faits dont ils sont accusés." L'avocate ne croit pas à l'existence de ce trésor. Selon elle, Hubert Caouissin "est en train lui-même d'y renoncer".

Lire aussi

Le procès, qui se déroulera devant la cour d'assises de Loire-Atlantique, doit se terminer le 9 juillet.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - De nouvelles restrictions en Haute-Corse, le port du masque en extérieur étendu

"On attend juste que le soleil se couche" : en Grèce, "la pire canicule" depuis 30 ans

Covid-19 : traités "comme des animaux", le cauchemar de Français bloqués dans un hôtel insalubre en Sicile

EN DIRECT - JO de Tokyo : les handballeuses françaises écrasent les Pays-Bas et filent en demies !

Ile de Ré : menacés d'expulsion, ces propriétaires de mobil-homes ont le sentiment de "faire tache"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.