Quatre proches de Rémy Daillet, figure de l'ultradroite, en garde à vue pour des projets d'actions violentes

Quatre proches de Rémy Daillet, figure de l'ultradroite, en garde à vue pour des projets d'actions violentes

JUSTICE - Quatre proches de Rémy Daillet, figure des milieux complotistes d'ultradroite, ont été interpellés ce mardi par des policiers de la DGSI sur demande d'un juge d'instruction antiterroriste. Ils sont soupçonnés de projets d'actions violentes, notamment contre des centres de vaccination.

Quatre hommes proches de la figure des milieux complotistes d'ultradroite, Rémy Daillet, ont été interpellés par des policiers de la DGSI sur demande d'un juge d'instruction antiterroriste, a indiqué une source judiciaire à l'AFP. Ils sont soupçonnés de projets d'actions violentes.

Selon la même source, deux de ces quatre hommes, âgés de 43 à 69 ans, sont d'anciens militaires. Trois d'entre eux ont été interpellés ce mardi matin dans les Hautes-Pyrénées, la Meuse et les Hauts-de-France. Le quatrième était déjà incarcéré dans l'affaire de l'enlèvement de la petite Mia, en avril dernier dans les Vosges. Deux de ces quatre hommes sont d'ailleurs mis en examen dans ce dossier. Rémy Daillet avait lui-même été mis en examen en juin dernier pour son implication présumée dans cette affaire.

Des "sites institutionnels" et des "centre de vaccination" visés

Ces interpellations ont été réalisées dans le cadre du dossier "Honneur et nation", instruit par des juges antiterroristes à Paris, et dans lequel trois personnes ont été mises en examen début mai et cinq autres le 24 septembre, toutes pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Ces huit personnes sont notamment soupçonnées d'avoir préparé une action violente contre une loge maçonnique, mais elles visaient également, selon une source proche de l'enquête, d'autres cibles non précisées telles que des centres de vaccination, des personnalités ou des journalistes.

Lire aussi

D'après nos confrères de BFMTV, les quatre hommes interpellés ce mardi auraient, eux aussi, voulu s'en prendre à des centres de vaccination contre le Covid-19. Ils auraient également souhaité s'attaquer à des sites de production et de stockage de ces vaccins partout en Europe. Une source proche du dossier a évoqué auprès de l'AFP une "multitude de projets d'actions violentes, visant des sites institutionnels, des centres de vaccination, des antennes 5G..."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : deux morts, une personne toujours portée disparue

EN DIRECT - "Il est possible que nous ayons besoin à un moment donné d'une 4e dose", selon Delfraissy

EN DIRECT - Pour Christian Estrosi, Emmanuel Macron "a fait le job pendant cinq ans"

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Vaccins, formes graves... L'OMS rassurante sur le variant Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.