Seine-et-Marne : un lycéen condamné à 5 mois de prison avec sursis après l'agression d'une enseignante en plein cours

Seine-et-Marne : un lycéen condamné à 5 mois de prison avec sursis après l'agression d'une enseignante en plein cours

COMPARUTION - En plein cours vendredi, une enseignante de Combs-la-Ville (77) a été brutalement bousculée par un élève sous le regard de ses camarades dont certains ont filmé la scène. Jugé en comparution immédiate, il a été condamné ce mercredi à 5 mois de prison avec un sursis probatoire de deux ans.

Il a dû répondre de son geste violent. Un lycéen de 18 ans accusé d'avoir poussé et mis à terre vendredi son enseignante au lycée Jacques Prévert à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) a comparu ce mercredi devant la justice. Il a été condamné à 5 mois de prison avec un sursis probatoire de deux ans. Le sursis implique 140 heures de travaux d'intérêt général, un stage de citoyenneté, l'interdiction de contact avec la professeure et l'obligation de soins et de travail ou formation, a précisé à l'AFP la procureure de Melun Béatrice Angelelli. 

Au-delà de cette sanction judiciaire, l'élève a été exclu à titre conservatoire de l'établissement, en attendant la tenue d'un conseil de discipline où il "s'expose à de lourdes sanctions", a fait savoir dans un communiqué datant de samedi le rectorat de l'académie de Créteil. "Sa rescolarisation se fera dans un établissement spécial, j'y veillerai, de façon à ce que, aussi bien sur le plan pénal que sur le plan disciplinaire, nous soyons extrêmement fermes et stricts et cette affaire en est une des démonstrations", a déclaré le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat.

Deux autres élèves présentés à un juge pour enfants

L'adolescent faisait partie d'un groupe de trois élèves placés en garde à vue lundi après-midi. Les deux autres, accusés d'avoir filmé et diffusé les images devenues virales, seront eux présentés à un juge des enfants en raison de leur minorité le 23 novembre. Nouvelle disposition de la justice pénale des mineurs en vigueur depuis le 30 septembre, cette première audience ne statuera que sur la culpabilité. La décision sur la peine interviendra dans un délai de 6 à 9 mois. 

Publiée sur les réseaux sociaux et largement reprise dans les médias, la vidéo de l'incident montre un lycéen forçant le passage face à son enseignante qui l'empêchait de sortir de la classe, la projetant violemment au sol en ouvrant la porte d'un grand coup.

Suite à un dépôt de plainte de l'enseignante, le parquet de Melun avait ouvert une enquête pour violences avec circonstances aggravantes, car commises envers un enseignant et dans un établissement scolaire, et l'a confiée au commissariat de Melun.

Une violente agression commentée par la droite

Cette violente agression a rapidement pris une tournure politique, la diffusion des images ayant entraîné la réaction de deux candidats de droite à la présidentielle.

"Une enseignante de Seine-et-Marne projetée à terre par un élève qui cite le coran sous le regard narquois de camarades qui filment la scène. Inacceptable! Je mettrai fin à cette Inversion choquante des valeurs. Je rétablirai le respect du professeur!", a écrit la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (Libres!) sur Twitter. 

Lire aussi

"Insultes, menaces, violences physiques : l'agression à #CombsLaVille n'est pas un incident isolé, c'est la réalité au quotidien dans beaucoup trop de nos lycées. Comme les forces de l'ordre et les maires, je veux protéger les enseignants en refaisant de l'école un sanctuaire", a également réagi sur Twitter Xavier Bertrand, président LR de la région Hauts-de-France.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

"Indemnité inflation" : Emmanuel Macron défend son refus de baisser les taxes sur le carburant

EN DIRECT - Covid-19 : une prime exceptionnelle de 400 euros pour les employés des restaurants universitaires

Alec Baldwin réagit après avoir tiré et tué Halyna Hutchins sur le tournage de "Rust"

Procès des attentats du 13-Novembre : "En réalité, il était déjà mort mais l'information n'avait pas été transmise"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.