Suicide d'Evaëlle : trois collégiens mis en examen pour harcèlement

Evaëlle, 11 ans, s'est suicidée en juin 2019 après un an de harcèlement dans son collège

JUSTICE - Quelques mois après une professeure de français, trois collégiens ont été mis en examen pour harcèlement par le parquet de Pontoise, lundi 18 janvier, dans l’affaire du suicide d’Evaëlle, 11 ans, en 2019.

Les trois collégiens de l’établissement d’Herblay (Val d’Oise) ont été mis en examen pour harcèlement, lundi 18 janvier, un an et demi après le suicide d’Evaëlle, 11 ans.

Le parquet de Pontoise avait ouvert en 2019 une information judiciaire contre X pour homicide involontaire et pour harcèlement moral contre la professeure de français et plusieurs élèves. La mise en examen des trois collégiens, âgés de 11 ans au moment des faits, est "exceptionnelle car ils étaient extrêmement jeunes, mais la juge a estimé à juste titre qu'il y avait suffisamment de charges contre eux", a réagi l'avocate des parents d’Evaëlle, Delphine Meillet. "Le message est clair : cela signifie que se moquer violemment d'une enfant peut entraîner des conséquences très graves pour les moqueurs", a-t-elle ajouté.

Harcelée toute son année scolaire

Alors qu’elle était élève en classe de sixième, Evaëlle, 11 ans, s'est suicidée dans son domicile familial de Herblay, le 25 juin 2019. Ses parents l’ont décrite comme "précoce et extravertie". Ils racontent que pour une histoire de cartable trop lourd, un conflit serait né avec sa professeure de français, une quinquagénaire expérimentée. Evaëlle serait alors devenue la "tête de Turc" de l’enseignante qui aurait également "encouragé" d’autres élèves à la harceler. Pendant plusieurs mois, les parents de la fillette ont signalé cette situation à la direction de l’établissement scolaire, ainsi qu’auprès de l’inspection académique.

La professeure de français, mise en examen, a désormais l’interdiction d’enseigner avec obligation de soins. Le rectorat de Versailles avait également annoncé que l'Éducation nationale avait indemnisé la famille au titre du préjudice moral, en échange de l'abandon d'éventuelles poursuites envers l'État. 

Le 5 novembre dernier, à l’occasion de la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, un hommage a été rendu à Evaëlle dans le collège d’Herblay où elle était scolarisée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas en 24h, la pression hospitalière s'accentue

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

EN DIRECT - États-Unis : "Le voyage est loin d'être terminé", assure Trump à ses supporters

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter