Suicide de Dinah : le parquet de Mulhouse ouvre une enquête pour "harcèlement"

Suicide de Dinah : le parquet de Mulhouse ouvre une enquête pour "harcèlement"

FAIT DIVERS - Le parquet de Mulhouse a ouvert lundi une enquête pour "harcèlement" après le suicide début octobre de Dinah, lycéenne de 14 ans victime de harcèlement scolaire, selon ses proches.

La justice s'empare de l'affaire Dinah. Le parquet de Mulhouse a ouvert, lundi 25 octobre, une enquête pour "harcèlement" après le suicide de cette lycéenne de 14 ans victime de harcèlement scolaire selon ses proches.

"Une enquête a été ouverte pour des faits de harcèlement dénoncés par la maman" de la jeune fille, a déclaré la procureure Edwige Roux-Morizot. L'enquête a été confiée au commissariat de Wittehnheim (Haut-Rhin), a précisé le parquet, qui a également saisi l'office centrale de lutte contre la haine en ligne afin de "rechercher un certain nombre d'éléments dans le téléphone et dans l'ordinateur" de l'adolescente.

"Ma fille a été harcelée pendant deux ans"

Aucune plainte n'a pour le moment été déposée, a ajouté la procureure. Mais la mère de Dinah avait annoncé dimanche son intention d'en déposer une après la période de deuil de 40 jours observée par la religion musulmane.

L'adolescente, scolarisée en classe de seconde, avait été retrouvée pendue, au domicile familial de Kingersheim (Haut-Rhin), dans la nuit du 4 au 5 octobre. Elle était la dernière et la seule fille d'une fratrie de trois enfants. Selon ses parents, elle était victime d'un harcèlement opéré par des jeunes filles côtoyées au collège à qui elle avait fait part de son homosexualité. "Ma fille a été harcelée pendant deux ans, et pendant deux ans on a fait des pieds et des mains pour que ça s'arrête, mais elles l'ont poursuivie jusqu'à la maison, jusqu'aux réseaux sociaux", avait souligné sa mère.

Lire aussi

Selon sa mère, qui a reproché au corps enseignant d'avoir "fermé les yeux" sur le drame vécu par sa fille, celle-ci avait reçu des messages comme "ne t'inquiète pas tu vas bientôt mourir", ou "on va t'envoyer des liens sur Internet pour que tu puisses crever", après une première tentative de suicide en mars.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 72.000 contaminations en 24 heures, un pic jamais atteint, selon O. Véran

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Avant son débat face à Bruno Le Maire, que propose Eric Zemmour sur l'économie ?

Macron présente ses priorités pour la présidence française de l'UE ce jeudi lors d'une conférence de presse

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.