Taser, coups de matraque et humiliations filmées : cinq jeunes mis en examen pour violences sur des ados de 12 ans

Le rôle de l'IGPN, "police des polices", est au coeur des débats sur les violences policières.

FAIT DIVERS - Cinq adolescents soupçonnés de violences et d'humiliations sur des garçons de 12 ans à Créteil ont été mis en examen ce samedi dans le cadre d'une enquête ouverte notamment pour "tentative de meurtre" et "violences aggravées". Deux d'entre eux ont été placés en détention provisoire.

Des actes de barbarie sur fond de rivalité entre bandes rivales. Cinq adolescents ont été mis en examen samedi 13 mars à Créteil (Val-de-Marne), soupçonnés d'avoir tiré au Taser et au plomb sur des garçons de 12 ans auxquels ils auraient voulu donner une leçon violente pour s'être faits humilier par une bande rivale. C'est là qu'ils auraient tiré au Taser et au plomb sur des garçons de 12 ans, après les avoir humiliés et diffusés leurs méfaits sur Internet. 

Selon une source judiciaire à LCI, deux d'entre eux ont été placés en détention provisoire. Les trois autres, sous contrôle judiciaire, ont notamment interdiction de se rendre à Créteil. Tous ont été mis en examen pour diffusion de l'enregistrement d'images relatives à la commission d'une atteinte volontaire à l'intégrité de la personne. L'un d'entre eux a été mis en examen pour tentative de meurtre et pour violences.

L'histoire débute par une première volonté d'"humiliation" : fin février, des jeunes du quartier des Bleuets poussent en effet des garçons de 12 ans, qui habitent dans le quartier "rival" de l'Echat, à "baisser leur pantalon" et à "chanter des insultes" sur leur propre quartier. Filmée, la séquence est diffusée sur le réseau social Snapchat.

"Endurcir les plus jeunes par la violence"

En réaction, des adolescents du quartier de l'Echat auraient décidé "d'endurcir de manière violente" ces garçons de 12 ans, jugés "pas suffisamment forts face aux Bleuets". Ils leur auraient alors fait faire des pompes, se déshabiller, les auraient blessés à coup de poings, de pieds, de matraque, puis par des tirs de Taser et de pistolet à plomb, selon une source proche de l'enquête sollicitée par l'AFP. Le tout filmé, une nouvelle fois.

L'enquête, confiée à la Sûreté territoriale du Val-de-Marne, fait suite "à la plainte d'un des deux enfants traumatisés", selon l'hebdomadaire Le Point qui a révélé les interpellations. Selon une source policière, ces deux enfants subissent "encore des pressions" de la part des autres adolescents de leur quartier. "L'un d'eux a même dû déménager en province en urgence", a indiqué un enquêteur à l'AFP. Et de préciser : "Au sein d'une même bande, les plus grands ont trouvé que les plus jeunes n'avaient pas été assez forts" face à un quartier rival, et ont "décidé d'endurcir les plus jeunes par la violence".

Une information judiciaire a été ouverte notamment pour "tentative de meurtre" et "violences aggravées", a précisé le parquet de Créteil. Sur les cinq adolescents présentés à la justice samedi et pas "spécialement" connus des services de police, quatre ont 16 ans, un a 17 ans. Pour trois d'entre eux, le parquet a requis un mandat de dépôt. Selon nos informations, les perquisitions ont permis de retrouver un pistolet à plomb, une matraque télescopique, un Taser, des téléphones portables et 13.610 euros en espèces.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

Lire et commenter