Face à la menace terroriste, les préfets appelés à la vigilance pour cet été

Face à la menace terroriste, les préfets appelés à la vigilance pour cet été

SÉCURITÉ - Pour la "reprise partielle des activités économiques et culturelles", le ministre de l’Intérieur demande aux préfets de maintenir le seuil d’alerte concernant la menace terroriste. Et promet des consignes spécifiques pour le procès des attentats du 13 novembre, en septembre.

Gérald Darmanin craint que le risque d’attentats terroristes ne se décuple avec l’été et la "reprise partielle des activités économiques et culturelles". Dans une note consultée par Europe 1, le ministre de l’Intérieur demande aux préfets de maintenir leur vigilance face à la menace terroriste à un "haut niveau". Depuis le 5 mars dernier, le plan Vigipirate se situe au niveau "Risque attentat", attestant d'un niveau de menace élevé, mais moindre qu'à la fin 2020 où il avait été porté au niveau "Urgence attentat", selon le site de l’administration française.

Le président et le ministre de l'Intérieur visés

Si le ministre de l’Intérieur a adressé ces recommandations, c’est que la France est présente depuis la mi-juillet sur la liste d’une organisation terroriste pour s’être prononcée en faveur de la liberté d’expression sur le dossier sensible des caricatures du prophète Mahomet, toujours selon Europe 1. "Le président de la République et le ministre de l’Intérieur sont explicitement visés et cités", écrit Gérald Darmanin. 

De son côté, la DGSI, les services de renseignement intérieurs, indiquent qu’"à la menace projetée s’est ajoutée une menace émanant très majoritairement d’acteurs endogènes, notamment influencés par une propagande djihadiste persistante, en dépit de sa moindre production". Son directeur Nicolas Lerner estimait d’ailleurs début juillet auprès de franceinfo que "la menace terroriste se maintient à un niveau élevé" tout en rappelant que "depuis 18 mois, sept actions terroristes ont endeuillé le territoire national".

Le procès du 13 novembre en septembre

Mais ce qui inquiète aussi la place Beauvau est l’imminence du procès des attentats du 13 novembre à Paris, qui doit s’ouvrir en septembre prochain. Tout comme pour celui des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, cet événement pourrait créer un terreau fertile aux tentatives d’attaques. Dans sa note destinée aux préfets, Gérald Darmanin a indiqué que des consignes spécifiques à ce sujet leur parviendront sous peu.

Lire aussi

Considérant que "l'ouverture d'un procès comme celui-ci, au regard du nombre d'accusés, du nombre de parties civiles (…) peut générer des tensions exacerbées au sein de la société française", le directeur de la DGSI a promis que les services de renseignements resteront "très attentifs à l'exacerbation de ces tensions, susceptibles d'engager des actions violentes" durant cette période.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Exposition d'une photo d'Emmanuel Macron en maillot de bain : le couple présidentiel porte plainte

Pourquoi SOS Médecins entame une grève de 24 heures dès lundi matin

Covid-19 : les tests deviendront payants le 15 octobre seulement pour les non-vaccinés, annonce Jean Castex

Elections en Allemagne : les sociaux-démocrates en tête, incertitudes sur la succession d'Angela Merkel

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.